Enjeux politiques : bientôt une requête en radiation de la candidature de Shadary devant la Céni

Jeudi 15 Novembre 2018 - 19:12

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans un document signé le 14 novembre, les candidats à la présidentielle et chefs de parti et  regroupement politique accusent le candidat du Front commun pour le Congo (FCC) d’utilisation à des fins de propagande des biens, des finances et du personnel de l’État.

Depuis le dernier meeting du FCC organisé le 27 octobre, au stade des Martyrs de Kinshasa, avec, à la clé, une grande mobilisation symbolisée par la forte affluence enregistrée ce jour-là, le candidat de la majorité fait l’objet des récriminations diverses. Il lui est reproché de faire main basse sur les finances publiques dans le cadre des activités de la plate-forme présidentielle. L’opposition ainsi que plusieurs organisations de la société civile sont convaincues que l’argent gaspillé lors de cette grandiose manifestation a été puisé dans les caisses de l'Etat. À la suite de quelques ONG qui ont affirmé détenir des preuves en rapport avec ces accusations, c’est au tour du Collectif des candidats président de la République de rebondir sur cette question, en martelant sur leur détermination d’obtenir la radiation de la candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary.     

Réunis le 14 novembre à Kinshasa, ces candidats à la présidentielle et chefs de parti et  regroupement politiques ont fait une déclaration politique dans laquelle ils accusent le candidat du FCC d’utiliser les moyens et le personnel de l’État aux fins de propagande. Usant de leur droit constitutionnel et conformément aux  dispositions de l’article 36 de la loi électorale, ils ont pris la liberté de saisir l’autorité compétente par une requête en radiation de la candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary. En outre, ils ont affirmé être en instance de saisir les instances compétentes pour tirer au clair cette affaire.

Du côté du FCC, la requête en radiation de la candidature d’Emmanuel Ramazani Sharady, élaborée par le Collectif des candidats président de la République, est loin d’émouvoir les esprits. « Il faut prouver les choses, il ne faut pas les déclarer tout simplement. S’ils ont des preuves, qu’ils articulent cela devant les juges », a réagi à ce sujet Lambert Mende qui assure, par ailleurs, que « le FCC se défendra devant les cours et tribunaux, pour démontrer que ces accusations relèvent d’une blague de mauvais goût ».       

Alain Diasso

Notification: 

Non