Enseignement supérieur : Campus France veut s'installer au Congo

Samedi 16 Juin 2018 - 18:38

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’annonce a été faite le 15 juin lors d’une séance de travail que le ministre de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard Itoua, a eu avec une délégation conduite par la responsable adjointe du service Afrique au sein de Campus France Paris, Oumou Diakité.

Plusieurs points ont été abordés pendant la rencontre, entre autres, le parcours des étudiants congolais en France. En effet, il a été reconnu que la majorité de ces étudiants mène un parcours universitaire excellent, ce qui contribue aux relations franco-congolaises.

L’installation prochaine de Campus France Paris pour la première fois au Congo a été également évoquée au cours de la séance de travail, afin de renforcer cette relation même si l’Institut français et l’Espace campus France existent depuis vingt ans à Brazzaville.

« Il y a déjà plus de quatre mille quatre cents étudiants congolais en France, nos enseignements sont fondés sur la formation professionnelle. Nous avons aussi parlé de la façon dont il faut orienter les étudiants congolais, car l’orientation ne doit pas se faire qu’à l’université, il faut commencer depuis le collège pour mieux préparer la poursuite des études. Sans orientation, l’étudiant ne pourra pas savoir ce qu’il va faire », a indiqué Oumou Diakité.   

En partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur, cette institution mettra en place des formations sur mesure pour accompagner les étudiants congolais. En outre, les deux personnalités ont parlé de l’accueil des étudiants congolais d’excellence en France. « Nous avons étudié comment accueillir les étudiants boursiers mais aussi ceux envoyés par le gouvernement congolais. Campus France apportera une aide à l’Etat congolais, afin d’assurer un bon parcours universitaire à ces étudiants », a-t-elle ajouté.

Notons que le volet économique a été aussi abordé au cours de cet entretien d’autant plus qu’actuellement, se former c’est bon, mais travailler c’est mieux. Ainsi, le Réseau mondial des anciens étudiants et anciens élèves, jeunes diplômés de l’enseignement supérieur français, apportera, toutefois, son aide aux étudiants finalistes.

Rude Ngoma, stagiaire

Légendes et crédits photo : 

Bruno Jean Richard Itoua posant avec la délégation/Adiac

Notification: 

Non