Environnement : comment lutter contre la pollution de l’air ?

Vendredi 11 Septembre 2020 - 12:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La problématique de la pollution de l’air est un défi majeur pour l’humanité depuis le début de l’industrialisation au 18e siècle. Ce qui est nouveau cependant, c’est la prise de conscience de la menace sanitaire que représente la pollution atmosphérique. Car selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies liées à la pollution atmosphérique sont responsables de sept millions de décès  chaque année.

De plus, l’air de mauvaise qualité a de nombreuses conséquences sur la santé comme le prouve de nombreuses études qui ont rapproché la pollution de l’air à de nombreuses maladies comme le diabète, ou un quotient intellectuel plus faible. Il n’est donc pas surprenant que l’Organisation mondiale de la santé qualifie la pollution de l’air de « nouveau tabac » et compare ses effets à ceux causés par le tabac.

Mais on peut aussi souligner que cette mauvaise nouvelle s’accompagne d’une détermination à agir. L’année 2018, par exemple, a été marquée par la toute première conférence internationale sur la pollution atmosphérique et la santé humaine, organisée par l’Organisation mondiale de la santé en collaboration avec d’autres partenaires. Au cours de cette conférence les participants se sont engagés à réduire le nombre de décès causés par la pollution atmosphérique de deux tiers à l’horizon 2030.

Lors de cette même réunion, les participants ont eu à proposer 25 solutions pour faire de cet objectif une réalité. Le rapport sur la pollution de l’air présente 25 mesures politiques et technologiques, dans les domaines de l’industrie, de l’énergie ou de l’agriculture. Appliquées dans leur ensemble, ces mesures pourraient permettre à un milliard de personnes supplémentaires de respirer un air sain et sauver des millions de vie à l’horizon 2030.

Promouvoir les solutions électriques

L’une de ces 25 mesures est la mobilité électrique. Certains pays ont fait le choix de réduire les taxes sur les véhicules électriques et hybrides, par rapport aux taxes imposées sur les véhicules traditionnels. La mise en œuvre intégrale de l’ensemble des 25 mesures entraînerait une réduction de 56% de l’exposition aux particules fines rien que dans la région Asie-Pacifique en 2030, en comparaison aux niveaux de l’année 2015. Cependant, nous savons que la pollution de l’air est un problème mondial. Il faut donc des solutions globales afin qu’à l’horizon 2030 la pollution de l’air fasse le moins de victimes possible.

Actuellement, beaucoup d’initiatives existent dans le monde entier. Des programmes comme « Respire La Vie », une campagne à l’initiative de la coalition pour le climat et la qualité de l’air, de l’Organisation mondiale de la santé, conduit des initiatives dans 52 villes, régions et pays qui touchent plus de 153 millions de citoyens. Les partenaires de cette campagne ont notamment encouragé le public à relever un défi sportif qui a vu des milliers de personnes s’engager à se déplacer à vélo ou à pied pour se rendre sur leur lieu de travail. En Europe, on compte maintenant plus d’un million de voitures électriques. Grâce à la montée en puissance des énergies renouvelables, les investissements dans les sources renouvelables dépassent maintenant chaque année les investissements dans les énergies fossiles.

Ces efforts montrent déjà leurs résultats : l’Organisation mondiale de la santé a constaté en 2018 que plus de 57% des villes en Amérique, en Europe et en Asie avaient connu une réduction de la pollution par les particules entre 2010 et 2016. Le chemin est certes encore long mais grâce aux recherches scientifiques présentant de nouvelles solutions, la menace que représente la pollution de l’air va finir par être moins dramatique à l’objectif  fixé de 2030.

Boris Kharl Ebaka

Légendes et crédits photo : 

Illustration

Notification: 

Non