Opinion

  • Éditorial

Espoir

Lundi 17 Août 2020 - 19:12

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Tout bien considéré le message que les plus hautes autorités de l’Etat, le président de la République et le Premier ministre, ont adressé successivement au peuple congolais lors du soixantième anniversaire de notre indépendance est bien un message d’espoir. Il confirme que loin de baisser les bras devant la crise pour le moins inédite que traverse le Congo avec l’effondrement des cours de l’or noir sur les marchés mondiaux qui a asséché ses finances et l’irruption brutale de la pandémie du coronavirus qui frappe durement son économie, notre pays est bien décidé à relever les défis qui lui sont ainsi lancés.

 

Tout bien considéré également cette volonté répond de façon claire à l’attente de la population congolaise dans son ensemble que cette double crise affecte très directement, mais qui n’a pas elle non plus baissé les bras ainsi qu’en témoigne le maintien des activités de toute nature sur l’ensemble du territoire national. Comme cela s’est passé en diverses circonstances depuis son accession à l’indépendance, il y a soixante ans, le Congo, notre Congo, est donc bien armé moralement pour résoudre la crise qui le frappe aujourd’hui : non seulement il ne sombre pas dans la dépression, mais il affirme clairement sa volonté de franchir les obstacles dressés sur sa route.

 

Dans ce contexte d’autant plus positif que tout autour de lui de nombreux pays sombrent dans la dépression avec de grands troubles sociaux, notre nation doit plus que jamais aller de l’avant. Elle en a non seulement les moyens, mais aussi et surtout la volonté comme le démontre sa paix intérieure que les troubles économiques et financiers subis ces derniers mois n’ont en rien affectée. Et si les plus hautes autorités de l’Etat lui envoient de façon régulière des signes concrets qui confirment les engagements pris lors de la célébration de ce soixantième anniversaire de notre indépendance, l’on peut être certain que le meilleur sortira de la crise présente.

 

Rien n’est donc plus important aujourd’hui que de multiplier les gestes d’encouragement en direction de la société civile, des collectivités locales, des institutions publiques et privées afin qu’elles contribuent de façon encore plus active à la stabilité intérieure du pays et préparent le rebond qui naîtra de cet engagement collectif.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/10/2020 | A cœur ouvert
▶ 20/10/2020 | Conseil
▶ 19/10/2020 | Mémoire
▶ 19/10/2020 | 20 jours de plus
▶ 16/10/2020 | Slogan
▶ 15/10/2020 | Maturité
▶ 14/10/2020 | Soutien
▶ 14/10/2020 | Reprise
▶ 12/10/2020 | Echanges
▶ 10/10/2020 | Autant se parler