Opinion

  • Éditorial

Et 2017 sera  ...

Lundi 2 Janvier 2017 - 16:28

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors que nous publions le premier numéro des Dépêches de Brazzaville de l'année 2017 en dressant un bilan détaillé de ce que fut 2016 pour notre pays, nul ne peut dire évidemment ce que les douze prochains mois réserveront à la planète des hommes en général, à l'Afrique centrale en particulier, à notre pays le Congo tout spécialement. Aussi nous garderons nous d'énoncer le moindre pronostic sur ce qui se passera, ou ne se passera pas dans le monde très perturbé où nous vivons.

Mais cette réflexion de simple bon sens ne nous empêchera pas de rappeler à ceux qui seraient tentés de l'oublier en ce début d'année que l'homme est maître de son destin, qu'il peut générer par ses actions le pire comme le meilleur, qu'il ne saurait donc se décharger sur quiconque de ses responsabilités. Et cela dans tous les domaines, y compris celui de la protection ou de la dégradation de la nature qui l'entoure.

2017 peut être, en dépit des apparences, une année de paix, de progrès, de sagesse si les hommes, sur les cinq continents que compte la planète, s'emploient résolument à apaiser les conflits qui les dressent, ou menacent de les dresser les uns contre les autres ; nous en avons eu une preuve - encore fragile certes mais néanmoins bien réelle - avec l'accord politique conclu le 31 décembre au soir sur l'autre rive du fleuve, à Kinshasa,  grâce à l'entremise de la Conférence Episcopale Nationale du Congo. Mais elle peut aussi entrer dans l'Histoire comme l'une des pires des temps modernes si ces mêmes hommes font passer la passion avant la raison, usent de la violence pour imposer leur loi, se lancent dans de nouveaux conflits qui les détruiront à coup sûr.

C'est pourquoi, alors que débute la nouvelle année, chacun de nous, petit ou grand, riche ou pauvre, doit garder présent à l'esprit qu'il est responsable, à la place modeste ou éminente qu'il occupe dans la société, du progrès ou de la régression qui marqueront celle-ci d'un sceau indélébile. Et, par conséquent, faire en sorte que la fraternité, le sens du collectif l'emportent sur l'égoïsme et le mépris de l'autre qui engendrent inévitablement la colère, la violence, la haine.

2017 année du progrès ? Pourquoi pas ?    

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 17/1/2017 | Optimisme
▶ 16/1/2017 | Clarté
▶ 16/1/2017 | Sommet
▶ 12/1/2017 | Etat de droit
▶ 11/1/2017 | Sagesse
▶ 10/1/2017 | Adieu !
▶ 9/1/2017 | Modernité
▶ 7/1/2017 | Mayombe
▶ 5/1/2017 | Il se pourrait ...
▶ 4/1/2017 | Vœux