Opinion

  • Éditorial

Et l’an 2017 fut …

Vendredi 29 Décembre 2017 - 11:13

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Conclusion de ce qui a été écrit ici même les trois jours précédents : le Congo n’aborde évidemment pas l’année 2018 dans les meilleures conditions possibles étant donné les problèmes qu’il lui faudra résoudre dans les mois à venir, problèmes que le dernier Conseil des ministres de l’année a énoncés sans vaines périphrases. Mais il a entre les mains tous les moyens nécessaires pour y parvenir : une population jeune et dynamique, des ressources naturelles considérables, une unité intérieure renforcée par le nouvel accord du Pool, des infrastructures modernisées, un pouvoir démocratique fort, des institutions adaptées aux exigences de ce temps, bref un capital que la crise économique et financière des derniers mois n’a en rien érodé.

Si, comme il l’a promis tout au long de sa tournée dans les départements ayant marqué la campagne au terme de laquelle il a été réélu président de la République, si donc Denis Sassou N’Guesso met de l’ordre dans la gouvernance publique et assainit les finances de l’Etat, le Congo reprendra sa longue marche sur le chemin de l’émergence. Certes il ne résoudra pas d’un coup  de baguette magique les problèmes auxquels nous sommes présentement confrontés mais le climat général s’améliorera très vite et l’espoir retrouvé en un avenir meilleur relancera le pays vers l’avant.

Telle est bien, d’ailleurs, la conclusion à laquelle sont parvenus ces derniers jours les experts envoyés par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, conclusion qui laisse entrevoir un accord de moyen et long terme avec ces institutions de la gouvernance mondiale qui, lui-même, accélèrera le processus dont nous résumons ici à grands traits le schéma.

Soyons bien conscients que, contrairement aux apparences et n’en déplaise à nos détracteurs, toutes les conditions sont désormais réunies pour que la sortie de crise soit tout à la fois rapide et complète. Dès lors que les décisions annoncées ces dernières semaines pour assainir les finances de l’Etat deviendront effectives, l’économie congolaise repartira du bon pied. Avec comme conséquence immédiate que le niveau de vie général s’élèvera, que les tensions financières individuelles et collectives s’apaiseront, que le climat social se détendra. Tout  indique aujourd’hui que 2018 peut être une bonne année.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 20/1/2018 | Néocolonialisme
▶ 19/1/2018 | Blessures
▶ 17/1/2018 | Image
▶ 16/1/2018 | Justice
▶ 15/1/2018 | Maturité
▶ 13/1/2018 | "Pays de merde ..."
▶ 12/1/2018 | Partition
▶ 9/1/2018 | Comprendre
▶ 8/1/2018 | Pédagogie
▶ 6/1/2018 | Désinformation