Opinion

  • Éditorial

Et le PCT ?

Samedi 11 Octobre 2014 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Oui, que va faire maintenant ce parti puissant, organisé, qui constitue le pivot de la majorité présidentielle et qui se trouvera inévitablement au cœur des manœuvres politiques à venir ? Tirera-t-il des élections locales qui viennent de se dérouler les conclusions qui s’imposent, ou bien continuera-t-il à cheminer benoîtement, sans trop se fatiguer, sur la voie confortable où il se trouve engagé depuis maintenant seize ans ?

Si de telles questions se posent aujourd’hui, c’est parce que le Parti congolais du travail n’a guère brillé ces derniers temps sur le terrain par son allant, par son dynamisme, par sa volonté de soutenir l’action présidentielle. Certes le dernier scrutin a confirmé sa prééminence sur l’échiquier politique, mais il a aussi démontré son incapacité à mobiliser un électorat qui attend de façon très évidente des progrès sociaux et économiques plus marqués. D’où les questions qui ouvrent cet éditorial et que personne au sein de la majorité n’ose poser publiquement.

Il suffit de parler à bâtons rompus avec des membres ou des cadres du parti pour comprendre que tous attendent, sans le dire, des changements profonds dans sa gouvernance. Alors que le Congo entame la nouvelle et longue marche qui adaptera ses institutions aux réalités du monde moderne, les uns comme les autres redoutent manifestement que le PCT ne soit pas armé pour la bataille qu’il va devoir mener. Sur le fond comme sur la forme, il leur paraît dépassé, décalé par rapport à une société en pleine mutation au sein de laquelle émerge une classe moyenne qui jugera sur les actes et non sur les paroles.

Disons, pour tempérer ce propos, que l’obstacle contre lequel bute le parti présidentiel est le même que celui auquel se heurtent des formations comme l’UPADS et le MCDDI. Il tient à la pesanteur de structures internes qui ne s’adaptent pas réellement aux évolutions en cours et qui, de ce fait, reflètent de moins en moins les changements en cours dans notre pays. Il pose un problème politique redoutable qu’il conviendra de résoudre rapidement.

Une chose est sûre : si la perspective d’une révision ou d’un changement de Constitution se précise, le PCT devra s’adapter afin de mener ce nouveau combat politique avec des chances sérieuses de le gagner.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Éditorial : les derniers articles
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie
▶ 12/2/2020 | Disponibilité
▶ 12/2/2020 | Et maintenant ?