Exploitation pétrolière : relance des activités de la SNPC Kundji

Lundi 25 Mars 2019 - 18:31

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), sous la coordination de son directeur général, Raul Ominga, a lancé, le 23 mars à 97 km de Pointe-Noire, dans le district de Tchiamba-Nzassi, les activités de réévaluation du potentiel d’hydrocarbures du champ pétrolier de Kundji.

La reprise des activités de la SNPC Kundji, dans le cadre du permis d’exploitation Mengo-Kundji-Bindi (MKb), a pour objectif d’améliorer la production afin d’atteindre, dans une échéance de six ans, d'après l'un des techniciens de la SNPC, une production jamais atteinte dans ce champ depuis son lancement en 2010. La SNPC a organisé cette cérémmonie officielle sur le site de la plate-forme Kundji 200 pour solliter la bénédiction des mânes de la contrée afin de réaliser avec succès ses activités.

En effet, après le mot de bienvenue du sous-préfet de Tchimba-Nzassi, Antoine Ngoulou, le représentant des propriétaires fonciers, chef de famille Tchimnzi Mumizi, Julien Paul Pambo, a rassuré la SNPC que les mânes leur sont favorables pour l’augmentation de la production du pétrole dans leur terre.

« Devant la situation économique et sociale actuelle et, à cause de la sagacité du directeur général de la SNPC, nous voulons vous dire respectueusement que tout va aller au mieux pour vos activités, d’autant plus que vous avez su lier le destin de la SNPC à celui de la famille Tchimizi Mumizi... Cette cérémonie est pour que la coutume, la tradition et l’invisible vous soient favorables. La mamelle de l’éléphant où nous nous trouvons est pour que dès maintenant et pour toujours, vous puissiez augmenter votre productivité», a-t-il déclaré, tout en rappelant à ses hôtes que toutes les formes de développement passent par le développement de la route.

Présentant ce champ, le chef de division, développement et des opérations de la SNPC,  Gaston Ngakosso, a souligné que le champ d’exploitation pétrolière Kundji a été mis en production en 2010. Il comporte aujourd’hui deux plates-formes de production, à savoir la plate-forme 100 et la plate-forme 200 co-opérée par la SNPC et son partenaire Orien oil. Il comporte un ensemble de huit puits producteurs avec un débit moyen dans l’année de cinq cents barils/jour.

Cette faible performance, a-t-il ajouté, s’explique par l’arrêt de quelques puits pour des problèmes mécaniques. «Actuellement avec le programme initié par le directeur général de la SNPC, nous procédons aux mesures électriques dans les puits pour savoir quels sont les problèmes techniques que nous avons dans nos puits. Ces mesures nous permettront de faire une réévaluation du potentiel de chaque puits en termes d’hydrocarbure et, par la suite, de déterminer quelles opérations à mener afin de guérir le mal que nous pourrons détecter pour améliorer la productivité de nos puits », a indiqué le technicien de la SNPC.

La potentialité en hydrocarbure très élevée à Kundji

Soulignons que la société a également identifié de nouvelles zones qui seront bientôt développées à travers une campagne de forage. « Si notre campagne de forage s’avère positive, on pourra atteindre un niveau de production jamais atteint dans ce champ », a ajouté Ciry Dina Mikolo, conseiller technique du directeur général de la SNPC.

Prenant la parole à son tour, le partenaire technique américain de la SNPC, chargé d’évaluer la richesse dans le champ pétrolier de Kundji, a rassuré l’auditoire que la terre de Kundji renferme un potentiel énorme d’hydrocarbures. « Par rapport aux interventions que nous sommes en train de réaliser, nous estimons que la potentialité en hydrocarbures ici est très élevée, elle est très économique et nous pensons que, lorsque nous allons terminer nos études, Kundji sera comme à Dubaï en termes de potentialité en hydrocarbures », a rassuré M. Tonny.

Enfin, le patron de la SNPC, Raul Ominga, a souligné que les travaux lancés à Kundji profitent à la population environnante. «C’est pourquoi nous avons intégré dans le budget, pour faire ce travail, la route pour gérer les problèmes de nos parents qui sont ici autour de cette plate-forme. La relance  des activités de la SNPC Kundji, c’est aussi  pour nous l’occasion de mettre en pratique tout ce qui était prévu dans le document stratégique en tenant compte des orientations du chef de l’Etat, chef du gouvernement et du ministre  chargé des Hydrocarbures dont sa présence ici symbolise que nous sommes réellement accompagnés et que le gouvernement nous est à l’œil. Nous avons pris des partenaires très importants et des professionnels pour qu’avec notre partenaire Orion oïl, nous puissions démarrer effectivement les activités en prélude au développement réel de ces champs et après les études qui seront faites, nous allons passer au forage qui va se faire à quelques kilomètres du site Kundji pour le bien de la population environnante », a-t-il dit.

Notons que la cérémonie officielle a eu lieu en présence du ministre des Hydrocarbures, Jean Marc Tchistère Tchicaya, et des représentants de la famille Tchiminzi Mumizi.
 

Charlem Léa Legnoki

Légendes et crédits photo : 

1-Une vue de la plate-forme Kundji 200/Adiac 2-Le ministre entouré des cadres de la SNPC et les membres de la famille Tchiminzi/Adiac

Notification: 

Non