Exposition : Ghizlane Ouazzani va présenter ses œuvres au Congo

Mardi 23 Octobre 2018 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le vernissage des tableaux de l'artiste textile, spécialisée dans le feutrage de laine, aura lieu le 26 octobre, dans le hall de l’Institut français du Congo de Pointe-Noire.

L' exposition de Ghizlane Ouazzani va durer  jusqu'au 24 novmebre et rendra hommage aux mains de toutes les femmes d’Afrique qui ont cardé, récolté et filé la laine pour permettre à des artistes comme elle de partager quelques battements de cœur. Ce qu’elle appelle, d’ailleurs, « le génie du bonheur ».   Ghizlane Ouazzani  pense qu’il faudrait oser dire que le continent d’Afrique est peut-être ce lieu du monde où la poésie et la réalité se rencontrent et s’unissent.

Pour elle, l’Afrique est le lieu de cette alliance, à la fois terrestre et spirituelle. Ce qui est réel, estime-t-elle, s’ouvre sur le rêve et le rêve s’incarne dans ce qui est. Pourtant, s’il lui fallait indiquer un signe ou la reconnaître,  elle dirait : « Regardez ces mains !»  « C’est dans nos mains que l’esprit se fait chair, elles trahissent toujours notre plus secrète vérité ». Dans son travail, les mains sont le miroir de l’âme. C’est dans les mains que la vie quotidienne et la poésie de la vie se rencontrent. Et c’est sous la pesée de toutes les forces de la vie qu’elles se modèlent et prennent leurs formes.

La main est donc l’instrument essentiel de l’acte. Ne peuvent-elles pas, en effet, menacer ou apaiser,  pardonner et bénir,  montrer ou cacher ? Mais surtout créer. Une sorte de mystique de la raison où rien ne se fait au hasard. Née d’une mère alsacienne et d’un père marocain, Ghizlane Ouazzani invente des jeux savants à travers sa technique de feutrage à la main dans laquelle les principaux ingrédients sont l’eau, le savon à l’huile d’olive et les frottements qui créent la fibre. Avec une naïveté raffinée, une simplicité subtile, une innocence sage et une spontanéité ingénieuse, elle joue avec les couleurs intenses.

Ghizlane Ouazzani pense que l’Afrique est une personne qui n’a pas toujours le même visage ni le même regard. Elle ne marche pas toujours du même pas et n’a pas toujours la même façon de porter la tête. Il faut savoir trier les ondes comme l’artisan le fait pour ses laines et déceler entre toutes celles que dégage le sol, la plus pure, la plus authentique, l’onde du bonheur humain. Notons que c’est pour la première fois que Ghizlane Ouazzani va exposer en République du Congo et même en Afrique (hors Maroc). Représentée dans une galerie à Malaga, l’artiste a déjà exposé dans différents endroits, notamment à l’Institut français de Casablanca et à Marrakech lors de la COP 22.

Hugues Prosper Mabonzo

Légendes et crédits photo : 

Une œuvre de Ghizlane Ouazzani / DR

Notification: 

Non