Opinion

  • Éditorial

Feuille de route

Jeudi 2 Janvier 2020 - 14:31

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La plus haute autorité de l’Etat ayant fixé de façon claire les objectifs qui devront être atteints durant l’année 2020 dont nous vivons les premières journées, il reste à savoir maintenant comment l’exécutif va s’y prendre pour concrétiser ces engagements. Sera-t-il changé dans sa composition ? Prendra-t-il dès le début de la semaine prochaine, c’est-à-dire au terme de la trêve du Jour de l’an, des décisions symboliques ? Adoptera-t-il une feuille de route aussi précise que pratique pour lancer les réformes annoncées il y a deux semaines par le président de la République dans son Message sur l’état de la Nation ?

Sur toutes ces questions l’opinion publique congolaise attend aujourd’hui des réponses rapides et claires. Ceci est d’autant plus vrai que les derniers jours de l’année ont été marqués par un Congrès ordinaire du Parti congolais du travail, formation clé de la majorité présidentielle, qui a lui-même marqué une volonté ferme de traduire rapidement en actes les consignes données par le chef de l’Etat. Et que, par conséquent, les deux chambres du Parlement, vont devoir mettre tout en œuvre de leur côté pour que la stratégie fixée au plus haut niveau de l’Etat devienne réalité sans délai.

Le Congo, notre Congo, entrant dans une nouvelle phase de son histoire politique puisque deux échéances électorales majeures se profilent à l’horizon – élection présidentielle en 2021, élections législatives en 2022 – il est évident que la société civile dans son ensemble va observer avec attention, pour ne pas dire scruter, les actions qui seront engagées dès les prochains jours par le gouvernement et sa majorité parlementaire. Et comme nous sortons, ou nous apprêtons à sortir de la crise économique particulièrement grave dont nous avons payé les effets négatifs au prix fort, l’on peut être certain que cette même société civile manifestera avec vigueur son approbation ou sa désapprobation.

Autant dire que nous entrons tous dans une période très particulière durant laquelle la majorité va devoir prouver concrètement  sa vigilance vis-à-vis de l’action gouvernementale, tandis que l’opposition mettra, quant à elle, tout en œuvre pour dénoncer le non-respect éventuel des engagements pris par le chef de l’Etat. Un jeu démocratique qui s’avérera très utile si les règles en sont strictement respectées de part et d’autre.   

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/2/2020 | Coronavirus
▶ 22/2/2020 | Jeunesse
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie