Opinion

  • Éditorial

Fonds Bleu

Mercredi 8 Février 2017 - 16:05

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors qu’approche à grands pas la conférence d’Oyo qui marquera très probablement la naissance du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, il n’est pas inutile de rappeler ici le défi que devra relever cette institution. Car de la façon dont elle fonctionnera sitôt créée dépendra pour une large part l’émergence économique et sociale d’une des zones potentiellement les plus riches, les plus fécondes, les plus prometteuses de la planète.

Lancée par la Brazzaville Foundation dont le siège est à Londres et qui s’est fixée comme mission de contribuer efficacement à la prévention et à la gestion des crises en Afrique, l’idée de créer un fonds réunissant les douze pays qu’innerve l’immense fleuve Congo a été approuvée par la communauté internationale lors de la COP 22 à Marrakech. Confiée au président Denis Sassou N’Guesso, sa mise en œuvre a été entreprise sans délai par un petit groupe de personnalités que dirige le Premier ministre du Congo, Clément Mouamba, et qui vient tout juste d’achever la mise au point de l’accord qui sera proposé et sans doute adopté à Oyo dans très exactement un mois.

Disons-le sans l’ombre d’un doute, si les peuples africains qui s’unissent pour mener à bien ce projet s’entendent et coordonnent leurs efforts dans ce cadre le Bassin du Congo deviendra dans les dix années à venir l’une des régions les plus prospères du monde. Alimenté en énergie de façon constante grâce aux barrages qui seront construits sur le fleuve et ses affluents, disposant d’immenses espaces de terres irriguées capables de produire les cultures les plus diverses, pouvant acheminer à moindre frais ses productions agricoles et animales sur toute l’étendue du bassin grâce à la navigation fluviale,  multipliant et diversifiant sur toute son étendue les activités de pêche grâce au développement de ses innombrables étangs il verra s’envoler sa croissance et bondir du même coup le niveau de vie de ses populations.

Dans un pareil contexte il revient au Congo, pays hôte de la conférence d’où surgira le Fonds Bleu, de mettre tout en œuvre dans les jours et les semaines qui viennent pour que cette rencontre hors norme tienne ses promesses, toutes ses promesses. Car le monde entier et pas seulement l’Afrique auront les yeux rivés le 9 mars prochain sur Oyo et le département de la Cuvette.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/2/2017 | Du calme !
▶ 21/2/2017 | Du calme !
▶ 20/2/2017 | A Marcel Gotène
▶ 18/2/2017 | Sélection
▶ 16/2/2017 | Recadrage
▶ 15/2/2017 | Modèle
▶ 14/2/2017 | Décryptage
▶ 13/2/2017 | Abstention
▶ 11/2/2017 | Imaginons …
▶ 9/2/2017 | Statut