Opinion

  • Éditorial

Franklin Boukaka et Grand Kallé prémoniteurs

Jeudi 8 Novembre 2018 - 20:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans le "Bucheron Africa", Franklin Boukaka chantait "Pont sur le Congo", un hommage sous forme d’appel que l’artiste congolais réalisait sur l’unité des deux Congo. Le thème avait été adoubé par une chanson célèbre de la même époque, "Ebale ya Congo" de Grand Kallé, glorifiant par la même occasion l’union des deux peuples voisins.

Il semble, en scrutant la vérité de l’histoire, que les deux artistes eurent une sorte de prémonition, en préméditant, au-delà d’un pont culturel entre Brazzaville et Kinshasa, une sorte de passerelle matérielle qui relierait plus tard les deux capitales les plus proches du monde.

Si en 1991 ce projet nouvellement conçu pour ériger un pont route-rail sur le fleuve Congo, reliant la République du Congo à la République démocratique du Congo au niveau de leurs capitales respectives, fut encore une illusion, les travaux de construction du colossal projet sont désormais dans les tuyaux des institutions habilitées.

Il y a quelques jours, en effet, quelques barrières encore possibles de cet exemple notoire d’intégration régionale tant souhaitée ont été levées. En Afrique du Sud, à l’Africa investment forum, le projet a pris un autre tournant. Les 4 km de fleuve qui séparent les deux villes épousent désormais le rêve d’une proximité palpable qui ne doit plus faire doute !

Les Dépêches du Bassin du Congo

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 13/12/2018 | Réconciliation
▶ 13/12/2018 | Cadeaux
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste
▶ 6/12/2018 | Implication
▶ 5/12/2018 | Survie