Front commun pour le Congo : Modeste Bahati suspendu pour une durée indéterminée

Mercredi 10 Juillet 2019 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La suspension de l’ex-ministre de l’Economie a été annoncée à l’issue d’une réunion de la conférence des présidents de la plate-forme, tenue à Kinshasa, le 9 juillet.

Modeste Bahati Lukwebo, leader du regroupement politique AFDC-A, continue de faire de la résistance. Malgré la pression exercée sur sa personne par sa famille politique, le Front commun pour le Congo (FCC), l’enjoignant à s’aligner derrière Alexis Thambwe Mwamba, désigné par l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila, pour occuper le perchoir du Sénat, Modeste Bahati maintient, contre vents et marrées, sa candidature. Après une sommation qui n’a pas porté d’effet, le FCC, à travers les présidents de ses différents regroupements politiques affiliés, est passé à l’offensive.

Au cours d’une réunion tenue  mardi sous la présidence du coordonnateur Néhémie Mwilanya, il a été décidé la suspension pour une durée indéterminée de Modeste Bahati dont l’attitude friserait la rébellion au sein du regroupement politique cher à Joseph Kabila. Il a, par ailleurs, été demandé à l’AFDC-A de lui proposer le nom de la personne censée engager cette plate-forme dans la conférence des présidents, l’organe de direction du FCC. Une manière de sceller le sort de Modeste Bahati qui, dorénavant, ne peut plus revendiquer son appartenance à cette famille politique.              

Le chien aboie, la caravane passe

Faisant fi de cette décision, le leader incriminé continue de faire le dur en maintenant sa candidature. « Mon regroupement a son autonomie juridique pour présenter ma candidature. Le FCC n’a pas de personnalité juridique. De ce côté-là, il n’y a pas à s’inquiéter. Le FCC ne peut même pas présenter des candidats. Les candidats qu’il va aligner vont se présenter comme indépendants, pas comme FCC. Nous prenons acte de leur suspension et nous prenons notre autonomie. C’est tout », avait-il réagi à la décision le suspendant.

Le leader de l'AFDC-A mise notamment sur le caucus des députés provinciaux de ce regroupement au Sud-Kivu qui dit continuer de soutenir sa candidature, mais aussi sur la Ligue nationale des femmes de l'AFDC-A et d’autres cadres qui continuent de lui vouer loyauté et fidélité. Entre-temps, le groupe parlementaire de l’AFDC-A à la chambre haute s’est désolidarisé de son autorité morale pour apporter son soutien à Alexis Thambwe Mwamba. Intervenant sur le cas Bahati sur son compte twitter, le président de l'Association africaine pour la défense des droits humains (Asadho) a déclaré : «Si Modeste Bahati retire sa candidature, il signe sa mort politique. S’il la maintient, même s'il ne gagne pas, sa popularité augmentera ».  

Alain Diasso

Notification: 

Non