Genre : la Fédération des femmes pour la paix mondiale appelle la gent féminine à penser positif

Mardi 16 Avril 2019 - 18:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'invitation a été lancée, le 13 avril, au cours de la célébration du 27e anniversaire de la création de l'organisation. La cérémonie s’est déroulée dans la salle des réunions du Centre national de transfusion sanguine, dans la commune de Bandalungwa, à Kinshasa.

 

L’assistance a suivi avec attention des allocutions, des interventions diverses, lors de la cérémonie agrémentée par la chorale Nouvel espoir de l’église la Fédération des familles pour la paix mondiale et l’unification. Le thème de l’événement a été « Femmes, piliers de la paix et du développement pour la cohésion nationale ». Après la projection d’une vidéo des activités de la Fédération des femmes pour la paix mondiale (FFPM), des interventions liées à la condition féminine ont été présentées respectivement par la présidente de l’ONG Cepelco, Marlène Kenny Ekanga, suivie de celle la présidente de l’ONG Abef/Nd, Monique Arwath, pendant que Thérèse Ndaya Mukeba a assuré la modération . On a noté la présence de Susan Kone qui a exhorté les participantes à adopter une attitude positive et à toujours avoir une pensée positive tout le long de leur vie, dans la mesure où « les femmes ont le pouvoir et les potentialités de transformer une société décadente en une société saine et heureuse. Ce changement se traduit par la réconciliation et la paix, axée sur le caractère maternel des femmes, l’amour et la sociabilité », a-t-elle fait savoir.

Prenant la parole d’entrée de jeu, Jacquie Landu Yendo, présidente de la FFPM- RDC, a brossé l’historique de cette organisation dont la devise est garante en interpellation par elle-même, à savoir vivre pour les autres. En 1992, la révérende Dr Hak Ja Kan Moon avait effectué une tournée de conférences inaugurales de la FFPM dans leurs fondations à travers le monde, notamment en Corée, en Amérique, au Japon, en Europe et en Afrique. Créée le 10 avril 1992 à Séoul, en Corée du Sud, la FFPM est une ONG œuvrant pour la dignité de la femme et la stabilité de la famille ainsi qu’en faveur de l’établissement de la paix dans le monde.

Préoccupée par la difficulté des associations féminines à résoudre efficacement les problèmes qui rongent le monde, le Dr Hak Ja Kan Moon a voulu apporter un éclairage nouveau à travers son message de paix, base de l’éducation de la femme, enseignement de base de la FFPM, a indiqué Jacquie Landu dans son mot de circonstance. « Nous venons d’horizons religieux et culturels différents, mais au-delà de toutes ces différences, il y a une chose unique liée à la plupart d’entre nous ici. Nous sommes des femmes et pas n’importe lesquelles, celles qui sont unies pour construire un monde meilleur et plus sûr pour nos enfants et nos familles. Car, c’est la mère qui donne naissance et élève les enfants avec un cœur maternel (à savoir que son mari est son premier fils) », a-t-elle laissé entendre. La présidente de la FFPM en RDC a ajouté: «Le temps est venu pour les femmes de prendre le devant et de réparer nos erreurs. Ne loupons pas cette chance, c’est notre ère, le printemps de la femme »,

La FFPM travaille en partenariat avec le gouvernement, l’ONU pour atteindre les Objectifs de développement durable, particulièrement en ce qui concerne l’éradication de la pauvreté et le renforcement des capacités des femmes (confère les objectifs de la femme à l’horizon 2030). Ses membres sont des femmes de toutes les catégories sociales qui partagent sa vision d’un monde de la paix et transcendent les traditions religieuses, les barrières de races, les nationalités, les ethnies… pour se joindre aux hommes en vue d’une paix globale. La FFPM rassemble les femmes qui cherchent à renouveler les vraies valeurs de la famille et réaliser des sociétés et un monde de paix à travers l’éducation et la morale centrée sur l’amour vrai. C’est dans ce cadre que le point focal de l’Asbl ND est intervenue sur le sujet très complexe de l’avortement clandestin, un mal qui ronge et détruit la vie dans des familles. Les femmes doivent se tenir debout et exploser afin d’amener le développement.

Martin Enyimo

Notification: 

Non