Opinion

  • Éditorial

Guerre froide

Mardi 5 Février 2019 - 10:51

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


 Au fil des mois et comme il fallait malheureusement s'y attendre, la compétition stratégique s'accélère entre les superpuissances. La sortie, ce week-end, des Etats-Unis du Traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire signé avec la Russie, au lendemain de la Guerre froide, dans les dernières années du siècle précédent, en a apporté la confirmation de façon spectaculaire. Et même si ce retrait ne signifie pas qu'un conflit ouvert pourrait opposer ces deux "Grands" dans les temps à venir, il témoigne d'une méfiance réciproque qui devient pour le moins inquiétante.

Pour dire ou écrire les choses de façon claire, nous assistons en réalité à une résurgence de la Guerre froide qui rappelle de bien mauvais souvenirs à l'ensemble de la communauté internationale. De bien mauvais souvenirs, d'abord, parce que cette compétition faillit provoquer un nouveau conflit mondial avec l'emploi d'armes de destruction massive qui aurait dévasté une bonne partie de la planète. De bien mauvais souvenirs, ensuite, parce qu'elle se traduisit sur les cinq continents par une compétition politique, diplomatique, économique qui ralentit fortement la progression des pays émergents.

Alors que la communauté humaine augmentera de près d'un tiers dans le siècle où nous vivons et que cette progression ne fera qu'accélérer la dégradation climatique qui menace notre existence, la relance d'une guerre froide entre les grandes puissances ne peut avoir que des effets destructeurs. Même si elle ne se traduit pas par des guerres ouvertes en Amérique, en Europe, en Asie, elle aura comme conséquence inévitable un ralentissement de la croissance et surtout une poursuite de la dérive environnementale que la Terre tout entière finira par payer au prix fort.

Tout bien réfléchi, le temps est donc venu pour le Tiers-Monde de faire entendre sa voix sur la scène internationale comme il s'y employa avec succès à partir des années cinquante du siècle précédent.  Et, bien entendu, il revient à l'Afrique, qui est le continent le plus peuplé et potentiellement le plus riche de la planète, d'agir pour convaincre les Grands de résoudre pacifiquement les différends qui les opposent.  En avons-nous conscience ?

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 25/5/2019 | Bilan
▶ 24/5/2019 | Croisière
▶ 23/5/2019 | Avancée
▶ 21/5/2019 | Vérité
▶ 21/5/2019 | Moscou
▶ 20/5/2019 | Soixante-dix ans
▶ 16/5/2019 | Art, culture …
▶ 16/5/2019 | Tontine
▶ 15/5/2019 | Au-delà ...
▶ 15/5/2019 | Confiance