Opinion

  • Éditorial

Habitat

Samedi 12 Mai 2018 - 20:12

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Osons donc regarder la vérité en face : parmi les grands défis des dix années à venir, figure en très bonne place, pour notre pays, la rénovation de l’habitat. Tout simplement parce que la croissance rapide de la population, jointe à l’élévation du niveau de vie individuel que provoquera dans les prochains mois la remise en ordre des finances publiques, suscitera une quête collective du confort qui touchera toutes les couches de la société congolaise sans exception.

Alors que la grande majorité de la population vit actuellement dans des habitations insalubres, trop petites, mal équipées, d’un accès difficile étant donné le mauvais état des routes et des rues, minées par l’abandon anarchique des déchets dans leur environnement immédiat, la relance de la croissance qui se profile à l’horizon générera une demande dont nous ne mesurons pas l’importance. Une demande qui, si elle ne reçoit pas de réponse positive à brève échéance, provoquera de sérieux troubles non seulement dans les grandes citées, mais également dans les villages qui quadrillent le territoire national.

A l’heure du rebond économique, dans le moment où les nouvelles technologies effacent le temps comme l’espace et permettent donc à chaque citoyen de comparer sa situation, son mode de vie, son confort avec ceux des peuples proches ou lointains, croire que les nouvelles générations se montreront aussi peu exigeantes en matière d’habitat que celles qui les ont précédées relève de l’illusion. De la même façon qu’elles vont exiger de la puissance publique des avancées rapides dans le domaine de l’éducation et de la santé, de même elles agiront pour faire en sorte que leur quête d’un plus grand bien-être se traduise sans délai par une amélioration de leur habitat.

Il n’est donc ni prématuré ni trop ambitieux de réfléchir dès maintenant au processus qui permettra, demain, d’apporter des réponses concrètes à ces préoccupations légitimes. En commençant par la mise en place des aides de toute nature qui permettront de lancer la mutation résidentielle d’où surgira cette véritable révolution sociale. Faire en sorte que chacun d’entre nous puisse se procurer les moyens financiers nécessaires pour acquérir ou rénover son logement, assainir son environnement, protéger ses parents devient indiscutablement un enjeu majeur.
 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/10/2018 | Osons rire !
▶ 18/10/2018 | Histoire
▶ 17/10/2018 | Les fruits du Congo
▶ 13/10/2018 | Leçon
▶ 13/10/2018 | L’enfant et la télé
▶ 12/10/2018 | Urgence
▶ 10/10/2018 | Entretien
▶ 9/10/2018 | Et le Fonds bleu ?
▶ 6/10/2018 | Poto-Poto