Haut-Lomami : la question des éléphants en divagation irrésolue à la fin de la session parlementaire

Mardi 18 Juin 2019 - 19:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La situation reste pendante dans les territoires de Malemba-Nkulu, Bukama et Kamina, au secteur de Kinda, alors que l’Assemblée provinciale avance vers la clôture de sa première session ordinaire.

Ouverte le 30 mars dernier, la première session de l'assemblée provinciale du Haut-Lomami va s'achever le 30 juin, conformément à l’article 66 de son règlement intérieur. La problématique de la divagation des pachydermes tarde donc à être traitée. Les mesures urgentes sollicitées auprès du gouvernement central pour des actions humanitaires en faveur de la population victime des dégâts multiformes causés se font attendre. Outre ces dégâts, les villages touchés ont également connu des catastrophes dues aux pluies diluviennes qui s’y sont abattues.

La population de ces entités demeure perplexe, désorientée par sa situation actuelle.  Plus de trente-cinq mille ménages sont affectés dans les territoires de Malemba Nkulu et Bukama, soixante-treize mille sept soixante-deux élèves sont en totale déperdition scolaire,  80 % de champs ont été dévastés. L’on signale aussi que les éléphants ont détruit plus de deux mille cinq cents maisons et dix-huit personnes ont été tuées.

Les élus locaux dépourvus de moyens finaciers

Au terme de la session prévue pour le 29 juin, les députés provinciaux vont se rendre dans leurs fiefs électoraux afin d'entrer en contact avec leurs bases respectives, recueillir leurs attentes et les transmettre à l'Assemblée provinciale. A la  fin, ces attentes devront être soumises au gouvernement pour une solution idoine. Mais ces élus locaux, souffle-t-on, sont confrontés à d’énormes difficultés sociales, sans frais d’accompagnement devant émaner du gouvernement provincial.

« Ils sont appelés à déployer des efforts pour obtenir l'appui des gouvernements central et provincial afin de répondre, à travers quelques interventions humanitaires, aux doléances de la population victime des dégâts multiformes causés par les éléphants et les pluies », a laissé entendre Paul Ngoy Nsenga Binthelu, élu local et président de la commission parlementaire chargée de suivre et évaluer les dégâts multiformes causés par les pachydermes et ces précipitations dans le Haut-Lomami. 

Ce dernier a mené plusieurs démarches auprès des autorités nationales afin d’obtenir leur appui mais rien n'a été fait, plusieurs mois après. Entre-temps, les éléphants continuent de tout détruire sur leur passage, eux qui ont quitté leur milieu naturel, le parc d’Upemba, pour vivre aux alentours des villages.

Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Le député provincial Paul Ngoy Nsenga Binthelu et le président de l'Assemblée provinciale du Haut-Lomami, Héritier Katandula Kawinisha Photo 2 : Des éléphants en divagation dans la province de Haut-Lomami

Notification: 

Non