Hip-hop : le break dance s’invite aux JO Paris-2024

Jeudi 14 Mars 2019 - 21:14

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Quarante-cinq ans après sa naissance dans les rues du quartier Bronx, à New York, la danse acrobatique figure aujourd’hui sur la liste restreinte des sports invités au rendez-vous de la capitale française, dans cinq ans.

Le comité d’organisation de la grande rencontre sportive a décidé d'insérer, dans son programme, la danse acrobatique urbaine issue de la culture hip-hop, en compagnie du surf, de l'escalade et du skateboard. La sélection, qui s'ajouterait aux vingt-huit sports déjà au menu, doit encore être validée par le Comité international olympique (CIO), en décembre 2020.

Les B-boys et B-girls accompagnés de leurs « crews » pourraient ainsi débarquer à Paris pour des « battles » sur des musiques saccadées. « Cela n’a pas été facile, il a fallu faire des choix et le break dance et les autres sports répondaient à trois critères : s’inscrire dans le cadre du CIO qui veut des jeux durables avec un nombre d’athlètes limité et pas de construction de sites supplémentaires pour ces sports, parler aux nouvelles générations et répondre à l’identité de Paris 2024 », a souligné Tony Estanguet, président  du comité d’organisation.

Ce choix porté sur la danse hip-hop, considéré comme une consécration, laisse, par ailleurs, de nombreux observateurs sceptiques. Les conservateurs pensent que cette participation va dénaturer cette danse qui est libre par essence. « Le break dance comme le hip-hop en général est une discipline qui a ses propres codes et la mettre dans un événement tels les jeux olympiques peut lui faire perdre ses valeurs », a indiqué T-Dance, membre du collectif congolais I.Dance.

 

 

 

Sage Bonazebi

Légendes et crédits photo : 

Un pas de breakdance

Notification: 

Non