Opinion

  • Éditorial

Histoire

Samedi 20 Juillet 2019 - 18:40

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce que ne comprennent visiblement pas les Américains, et plus généralement d'ailleurs les Occidentaux, dans le conflit latent qui les oppose aux Iraniens c'est que l'on ne s'adresse pas à une nation qui a marqué l'Histoire pendant des millénaires comme on le fait ou on peut le faire à une nation jeune dont le passé est récent. Vue de Téhéran l'agression, pour l'instant verbale, que conduit le locataire de la Maison-Blanche sous le prétexte du nucléaire est en effet perçue comme un déni du rôle majeur que l'Iran a joué dans l'évolution de la planète bien avant l'ère chrétienne et de la place qui est, de ce fait, la sienne dans la communauté humaine.

C'est précisément ce qui pourrait conduire les Mollahs à se retirer à leur tour de l'accord conclu en 2015 dans le but de les empêcher de se doter à plus ou moins brève échéance de l'arme dite "fatale" que les Etats-Unis ont pourtant utilisée contre le Japon en 1945 et dont plusieurs pays autour d'eux - l'Inde, le Pakistan, Israël - se sont dotés sans que la communauté internationale s'en émeuve. N'ayant plus rien à perdre puisque les sanctions américaines asphyxient leur économie et, contrairement aux apparences, renforcent en réalité le pouvoir qu'ils se sont octroyés sans le moindre complexe en renversant le Shah il y a quarante ans, ces mêmes Mollahs ont tout intérêt à accélérer leur maîtrise de l'énergie nucléaire. Ils renoueront ainsi avec l'Histoire, la grande Histoire qui vit la Perse dominer cette partie du monde il y a deux mille cinq cents ans.

En agissant ainsi, remarquons-le, l'Iran fait très précisément ce que la Chine a accompli elle-même dans le passé récent et s'emploie plus que jamais à faire aujourd’hui en renforçant son arsenal militaire qui est lui aussi centré sur l'arme nucléaire. Et si l'on remonte dans le passé, c'est également ce que la France a décidé dans les années soixante du siècle précédent afin d’affirmer sa puissance dans la Vieille Europe, prévenir d'éventuels nouveaux conflits avec ses voisins, se protéger du mauvais sort qu'elle avait subi à plusieurs reprises, cela en ne tenant aucun compte de l'opposition avérée des Américains. 

Si Donald Trump était sage, il retiendrait ces leçons du passé et éviterait sans doute un nouveau conflit que l'humanité paierait au prix fort s’il venait à se produire.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 10/12/2019 | Conseil
▶ 9/12/2019 | Sinistre
▶ 6/12/2019 | Du bon usage …
▶ 5/12/2019 | Antivaleurs
▶ 9/12/2019 | Initiatives...
▶ 4/12/2019 | Fissure
▶ 3/12/2019 | Fonds bleu
▶ 1/12/2019 | Gagne-pain
▶ 28/11/2019 | Canular
▶ 28/11/2019 | Proclamation