Opinion

  • Éditorial

Hygiène

Dimanche 9 Décembre 2018 - 18:47

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


L’on ne peut que se réjouir de l’attention que portent désormais les plus hautes autorités de la République à l’assainissement de l’espace public, attention que symbolise l’opération « Villes, villages et habitations propres » lancée par le Premier ministre et qui prend de jour en jour de l’ampleur. Si, en effet, cette action s’étend au fil des mois à l’ensemble du territoire national, elle permettra de résoudre les problèmes apparemment insolubles que provoque partout et en tous lieux le rejet anarchique des déchets sur le sol, dans les rues, dans les ruisseaux, dans les rivières et même dans les espaces publics les plus fréquentés.

Le problème, car bien sûr il y en a un, est de savoir si les simples citoyens sont eux-mêmes conscients aujourd’hui du danger qu’ils font courir à eux-mêmes, à leurs proches, à la nation tout entière en ne respectant pas les règles d’hygiène élémentaires qui seules peuvent les protéger. Or tout indique, hélas ! que très peu d’entre eux se préoccupent réellement de cette question vitale, tous ou presque continuant de se débarrasser de façon anarchique des déchets qu’ils produisent en continu dans la nature qui les entoure.

D’où cette idée simple mais certainement juste selon laquelle, au-delà du geste symbolique qu’accomplissent désormais chaque mois les membres du gouvernement et les élus, il importe de lancer le plus rapidement possible une campagne d’envergure nationale visant, d’une part, à convaincre les parents de se comporter en hommes et en femmes responsables, d’autre part, à apprendre aux enfants, où qu’ils vivent, les gestes simples qui permettront de lutter efficacement contre l’insalubrité.

Il ne nous appartient pas de dire quelle forme devrait prendre cette double opération dont dépend la qualité de vie à venir de chacun d’entre nous, mais les moyens de communication sont suffisamment puissants aujourd’hui pour que les gestes élémentaires permettant de lutter contre l’insalubrité soient très vite perçus du haut en bas de la société civile comme indispensables, vitaux pour chacune et chacun de ses membres.

S’il est une urgence que nous devons prendre en compte dans le moment présent, c’est bien celle-là.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/6/2019 | Absence signalée
▶ 21/6/2019 | Vieillissement
▶ 20/6/2019 | Kermess
▶ 20/6/2019 | Bond
▶ 19/6/2019 | Grâce
▶ 18/6/2019 | Cohésion
▶ 17/6/2019 | Amusant !
▶ 14/6/2019 | Merci, Fred !
▶ 13/6/2019 | Solidarité
▶ 12/6/2019 | Optimisme