Opinion

  • Éditorial

Ignobles !

Lundi 16 Octobre 2017 - 9:46

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Epouvantables, ignobles, terrifiantes sont les photos que l’on peut voir, non sur les réseaux sociaux mais en privé, et qui témoignent du drame qui se noue, ou plutôt qui pourrait se nouer, dans la région des Grands Lacs, à la frontière de l’Ouganda, du Soudan du sud, du Kenya, si la communauté internationale n’apporte pas très vite son appui aux peuples africains concernés.

Epouvantables car elles montrent, notamment, une femme sur le point d’accoucher violée puis tuée à la machette, un homme au crâne défoncé, des êtres humains dont on ne devine ni l’âge ni le sexe massacrés à coups de couteau. Ignobles car elles témoignent de la violence qui couve dans cette partie de notre continent et qui a depuis longtemps explosé dans l’Est de la République Démocratique du Congo comme en Centrafrique. Terrifiantes car elles nous ramènent plus de vingt ans en arrière lorsque se produisit, dans une indifférence quasi générale, le génocide qui ravagea le Rwanda et dont le Président Paul Kagame s’emploie toujours à panser les terribles séquelles.
Nous ne dirons pas ici qui a rassemblé ces clichés, ni à qui ils ont été remis. Précisons simplement que leur source est malheureusement indiscutable et que le message qu’ils transmettent est accablant à tous égards. A quelques jours de la tenue chez nous, à Brazzaville, du 8ème Sommet de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) de tels documents lancent un signal d’alarme à l’humanité toute entière qui ne pourra pas prétendre, demain, avoir ignoré ce qui se dessine aujourd’hui dans une des régions qui pourrait être la plus prospère de la planète en raison de ses ressources naturelles, mais que la folie humaine menace une fois encore de plonger dans le chaos.

Au lieu de pérorer à n’en plus finir comme le font leurs dirigeants dans le cadre très confortable du Conseil de sécurité des Nations Unies, à New York, les pays les plus riches de la planète qui se posent volontiers en donneurs de leçons dans le domaine de la bonne gouvernance feraient bien d’apporter aux dirigeants des pays africains l’aide qui leur permettra de conjurer le mauvais sort. Qu’ils observent donc avec attention ce qui se dira le 19 octobre à Kintelé et qu’ils en tirent pour eux-mêmes les leçons. Car, dans cette affaire, leur responsabilité est bien engagée quoi qu’ils disent et quoi qu’ils prétendent.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/11/2017 | Positiver
▶ 20/11/2017 | Terre d'école
▶ 17/11/2017 | Dette
▶ 16/11/2017 | Africa first
▶ 15/11/2017 | Trop tard ?
▶ 14/11/2017 | Bombe
▶ 13/11/2017 | Exemples
▶ 10/11/2017 | Agressions
▶ 9/11/2017 | Espoir
▶ 8/11/2017 | Alerte