Impératifs sécuritaires : André Kimbuta suspend la campagne électorale

Mercredi 19 Décembre 2018 - 16:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’autorité urbaine de Kinshasa justifie sa décision par la confrontation que s’apprêteraient à se livrer les extrémistes de tous les camps politiques à la veille des scrutins.

La décision du gouverneur de la ville de Kinshasa de suspendre la campagne électorale est tombée tel un couperet, le 19 décembre. Une mesure qui stoppe net l’engouement populaire en cette période d’effervescence particulière entretenue par des candidats à divers niveaux des scrutins. Alors que les trois candidats à la présidentielle les plus en vue étaient en passe de terminer leur campagne électorale à Kinshasa après avoir sillonné l’arrière-pays, la décision d'André Kimbuta est venue quelque peu perturber leur agenda.

Dans sa correspondance, l'autorité urbaine évoque plusieurs incidents et violences ayant émaillé la campagne électorale des candidats à la présidentielle avec, à la clé, des dégâts importants. Il redoute la confrontation de rue qui pourrait avoir lieu ces derniers jours de campagne dans la ville capitale entre les partisans des principaux candidats à la présidence de la République. « Cette situation menace gravement la sécurité des personnes et de leurs biens et est de nature à compromettre le processus électoral que nous voulons tous apaisé », a-t-il écrit.

Toutes les activités liées à la campagne électorale à Kinshasa sont donc suspendues, « à l’exception du recours aux médias, de l’ensemble des candidats à la présidence de la République, sans exception aucune », a indiqué André Kimbuta, expliquant que cela vise  à prévenir tout trouble à l’ordre public et permettre aux Kinoises et Kinois de participer pacifiquement aux scrutins du 23 décembre. Le gouverneur de la ville tient au respect de cette décision, faisant savoir qu'elle a été prise dans l’intérêt supérieur de la nation. Entre-temps, Martin Fayulu, qui était attendu à la place Sainte-Thérèse le même jour après son itinérance dans le Grand Bandundu, n’a hélas pu tenir son meeting, au grand désenchantement de ses partisans venus par milliers. Des policiers ont investi le lieu, empêchant le rassemblement. Rappelons qu’initialement prévu au stade Tata Raphaël, déjà loué selon la direction de ce complexe sportif, ce meeting a été délocalisé au terrain Sainte-Thérèse de N'Djili.     

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Des policiers sur la tribune érigée à la place Sainte-Thérèse

Notification: 

Non