Import-export : le géant H&F s'essouffle

Jeudi 12 Juillet 2018 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les sigles H&F ont fait le tour du territoire national après septante-cinq ans de bons et loyaux services. Le Groupe Léon Hasson et frères (H&F), la première société familiale à explorer le vaste secteur de l’import et export en RDC, n’arrive plus à maintenir son plein niveau d’activités.

Ces dernières années, Kinshasa et d’autres grandes villes du pays ont enregistré l’arrivée massive d’opérateurs économiques dans l’importation et la commercialisation des produits de première nécessité, un secteur en pleine puissance avec le regain de la consommation. Le nombre impressionnant de supermarchés dans la capitale congolaise prouve à suffisance l’intérêt porté sur ce secteur. Entre-temps, les sociétés plus anciennement établies sur le marché sont en difficulté. C’est le cas du légendaire Groupe Hasson & frères devenu l’ombre de lui-même depuis un certain temps.

Après la fermeture d’un grand magasin érigé en plein cœur du marché central de Kinshasa, sans oublier celle du plus ancien magasin situé à Gombe-Ina, le magasin de Limete n’a pas lui aussi échappé à une fermeture. D’autres vont probablement suivre la même voie au cours des prochains mois, notamment celui de la Gombe, non loin de la Céni. En effet, des signes précurseurs sont déjà perceptibles, à savoir la réduction du personnel et du nombre des caisses.

Hasson et frères a procédé à la mise en congé technique d’une bonne partie de son personnel. Aussi la nouvelle d’une fermeture n’est-elle pas véritablement une surprise, à en croire un expert interrogé par notre rédaction. Au fait, la rumeur a circulé depuis longtemps sur une éventuelle fermeture du Groupe Hasson et frères en RDC. Cette indiscrétion a commencé à se confirmer au fil des mois et des phénomènes inexpliqués, notamment le vent de fermeture et la mise en congé technique viennent aujourd’hui confirmer la rumeur.

Un tel dénouement serait un nouveau coup dur pour l’économie congolaise, après l’annonce fracassante de la fermeture de Nestlé en janvier dernier. Selon des sources bien informées, la plus vieille société spécialisée dans la distribution, l’immobilier et l’industrie a décidé effectivement de fermer ses portes après le constat de la multitude des taxes à s’acquitter auprès de l’État congolais. Des chiffres font état de près d’une quarantaine de taxes du reste très élevées. Pour autant, la disparition n’est pas planifiée incessamment car certaines activités en dehors de son objet social, prcisément la location de ses installations, se poursuivent normalement.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non