Interview. Erna Gakabakila: « La femme congolaise a une force cachée en elle, elle doit y croire et tout suivra »

Samedi 21 Avril 2018 - 19:34

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Mutuelles, regroupements, associations, tontines, moziki, telles sont les différentes appellations que portent les rassemblements des femmes en Afrique, en général, et au Congo, en particulier. Depuis plus d’une décennie, nous assistons dans le pays à la naissance des associations de tout genre qui ont trait aux évènements festifs ou malheureux. Décryptage de l’une d’entre elles avec Erna Gakabakila, présidente du Club de femmes de distinction.

Les Dépêches de Brazzaville (L.D.B.) : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Gad Erna Gakabakila (G.E.G.) : Je suis Gad Erna Gakabakila, j’ai 28 ans, mère d’une petite fille de 5 ans, autodidacte de formation et rédactrice des livres préscolaires ici au Congo-Brazzaville, pour différentes structures.

L.D.B. : Comment est né le Club de femmes de distinction (CFD) ?

G.E.G. : Le Club a été tout d’abord une attitude que j’ai eu à adopter moi-même. Ma distinction en tant qu’autodidacte a forgé cette idée en moi et je me suis surpassée. Sans formation, j’ai réussi à faire quelque chose de ma vie. Ensuite de par mon éducation spirituelle. Elle m’a fait comprendre que le cœur de la femme est sacré, même en étant jeune, nous ne sommes pas obligées de vivre frivolement ou exposer notre corps, mais plutôt avoir une bonne et saine vie. Portée par ces valeurs, j’ai créé une page Facebook pour conseiller et édifier les jeunes et femmes comme moi. C’est de là que tout est parti.

L.D.B. : Quel est le but du CFD et quelle différence y a-t-il entre vous et d’autres associations existant à Brazzaville ?

G.E.G .: L’objectif, c’est de participer au développement de la société en commençant par nous-mêmes, rendre la femme active et participative dans l’entrepreneuriat. La différence entre elles et nous réside dans l’approche, dans la vision des choses que nous avons dans notre club. Nos cotisations ne serviront pas à l’achat de boissons ou de pagnes, mais aux dons dans des hôpitaux, des orphelinats, etc. Chez nous, toute femme qui s’y intègre doit pouvoir développer son financement car elle y est comme associée et partenaire, tout ce qu’elle peut investir dans les réalisations des projets doit lui apporter un gain. Voilà toute la différence.

L.D.B .: Le CFD compte-t-il étendre sa vision à l’international ?

G.E.G : Nous en sommes encore à notre premier point mais dans les jours à venir, notre expansion ira de Brazzaville, dans tout le Congo, à Kinshasa, en Afrique centrale et pourquoi pas dans le monde. Toutefois, le noyau central restera Brazzaville.

L.D.B. : Quels sont les critères pour adhérer au CFD ?

G.E.G. : Nous avons mis la barre très haut pour ne pas faire comme les autres. Nous voulons que chacune des femmes qui intègre le club soit déjà une distinction dans son domaine et qu’elle puisse apporter un plus, afin d'éviter l’amalgame. Nous ne voulons pas avoir des membres sans ambitions, celles qui ne s’accrochent qu’à la bourse de leurs compagnons sous prétexte de participer à la cotisation dans les mutuelles.

L.D.B. : Quelles sont les perspectives du CFD ?

G.E.G. : Nous prévoyons, à long terme, des formations, des conférences, des séminaires et des sensibilisations matrimoniales pour aider à une remise à niveau. Surtout pour celles qui ne sont pas connectées à des réseaux sociaux. Nous allons mettre un accent sur l’éducation de la femme, pour impacter la vie de celles qui sont déjà intégrées, qui à leur tour rallieront d’autres à notre cause.

L.D.B. : Un message à l’endroit de celles qui souhaiteraient vous rejoindre ?

G.E.G. : La femme congolaise a une capacité et une force cachées en elle, elle doit y croire et tout suivra. Nous demandons à celles qui pensent participer au développement de la nation de venir intégrer le club car c’est ensemble que nous pouvons déplacer des montagnes.

 

Propos recueillis par Karim Yunduka

Légendes et crédits photo : 

Photo1:Erna Gakabakila, présidente du CFD

Notification: 

Non