Opinion

  • Éditorial

Jeunesse

Mercredi 9 Octobre 2019 - 12:03

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans le moment où les partis de la majorité comme de l’opposition se mettent en ordre de marche pour l’élection présidentielle de 2021 et les législatives de 2022, leurs dirigeants feraient bien de prendre en considération les transformations en cours dans la société congolaise. Faute de ne pas s’en occuper dès  maintenant, ceux qui brigueront les postes concernés sortiront, en effet, vaincus de ces deux joutes électorales avec toutes les conséquences négatives que cela aura pour leur destin tout au long de la prochaine décennie.

Si nous évoquons cette question, c’est parce qu’une observation attentive de la population de notre pays fait apparaître des changements radicaux dont les répercussions politiques seront à coup sûr aussi multiples que variées.

° Premier changement : le rajeunissement de cette même population qui se traduit par un afflux croissant vers les villes qui quadrillent le territoire national et où les jeunes peuvent se former dans de meilleures conditions que ceux des générations précédentes. Vraie pour tout le continent africain, qui voit sa démographie croître à un rythme très rapide, cette évolution l’est plus encore pour la sous-région d’Afrique centrale, donc pour nous.

° Deuxième changement : l’accès des nouvelles générations aux techniques modernes de communication qui effacent le temps et l’espace au point de leur permettre, où qu’elles vivent, d’échanger sur les sujets les plus divers à la vitesse de l’éclair. Chez nous comme partout ailleurs, la prolifération des réseaux sociaux va changer la donne sur le terrain politique dans des conditions qu’il est encore difficile de cerner mais qui aura une forte influence sur les prochains scrutins.

° Troisième changement : l’élévation du niveau de vie qui résultera de la mise en valeur de notre territoire, de la diversification de notre économie, de son ouverture sur le monde, de l’abaissement des frontières artificielles créées entre les peuples dans les siècles précédents, de la formation et de l’éducation des jeunes. En se combinant, ces changements modifieront la vision du monde léguée par la génération présente, avec certainement de fortes incidences politiques.

Conclusion, provisoire bien sûr, les formations politiques qui l’emporteront lors des prochaines échéances électorales seront celles qui auront pris à temps la juste mesure de ces changements. Mieux vaudrait, pour la majorité comme pour l’opposition, en prendre conscience dès à présent.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 14/12/2019 | Malgré tout!
▶ 13/12/2019 | Dérives
▶ 12/12/2019 | Bantous
▶ 12/12/2019 | Les Algéries?
▶ 11/12/2019 | Poumon
▶ 11/12/2019 | Conseil
▶ 9/12/2019 | Sinistre
▶ 6/12/2019 | Du bon usage …
▶ 5/12/2019 | Antivaleurs
▶ 9/12/2019 | Initiatives...