Journée mondiale de la population : un plan d’amélioration du bien-être social en vue

Jeudi 11 Juillet 2019 - 18:26

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le rapport sur l’état de la population 2019 présente des avancées et des insuffisances en matière des conditions de vie. Le gouvernement et ses partenaires, notamment le Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap), sont appelés à réfléchir aux moyens d’accélération de l’amélioration de la santé et du bien-être social.

 

La Journée mondiale de la population a coïncidé avec les cinquante ans d’existence du Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap) ainsi que les vingt-cinq ans de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), célébrés le 11 juillet de chaque année. A Brazzaville, la commémoration a été marquée, entre autres, par la présentation du rapport sur l’état de la population 2019. Le document souligne que les programmes ont été mis en place pour améliorer les conditions de vie de la population mais de sérieuses lacunes subsistent comme le prouvent quelques inégalités, les exclusions… qui freinent la réduction de la pauvreté et l’instauration d’un développement équitable sur les plans social, économique et environnemental.

« Le Congo a fait des efforts importants dans l’amélioration des conditions de vie mais certaines populations vulnérables ne sont pas suffisamment concernées », a reconnu la ministre de la Santé et de la Population, Jacqueline Lydia Mikolo, en évoquant la réduction des taux de mortalité infantile, maternelle, l’amélioration globale de la santé de l’enfant congolais selon les tranches d’âge. A en croire la ministre, les efforts doivent se poursuivre pour atteindre les seuils fixés au plan mondial.

Le représentant du Fnuap, Mohamed Lemine Salem Ould Moujtaba, a révélé quant à lui qu’au Congo, l’attention mérite d’être portée sur la qualité des services, notamment en matière de santé maternelle où les décès sont dans 89% des cas liés au troisième retard qui intervient dans les formations sanitaires.

Pour sa part, la coordonnatrice résidente du système des Nations unies, Suze Percy Filipini, a indiqué que le nouveau Cadre commun d’aide au développement 2020-2024 (le troisième au Congo) est une opportunité pour accélérer la marche vers l’atteinte des résultats fixés pour un meilleur impact dans la vie de tous les Congolais.  « Le Système des Nations unies en République du Congo dispose d’une expérience de travail ensemble et réitère son engagement à accompagner le gouvernement dans la réalisation de son Plan national de développement 2018-2022 qui opérationnalise l’agenda 2030 au Congo », a-t-elle fait savoir. Selon la diplomate onusienne, cette célébration est une occasion de méditer sur l’état de la population, qui interpelle sur les efforts supplémentaires à faire pour réaliser complètement les promesses ou les engagements pris au Caire, dans le cadre de la conférence internationale sur la population et le développement.

 

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

La ministre et de la Santé et les partenaires du système des Nations unies

Notification: 

Non