Opinion

  • Éditorial

La Libye encore …

Lundi 13 Juillet 2020 - 19:46

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors que s’aggrave, sur le terrain, le conflit qui achèvera de détruire la Libye si rien n’est fait pour contraindre les puissances extérieures à se retirer du champ de bataille qu’elles ont créé en faisant abattre Mouammar Kadhafi il y a neuf ans puis en soutenant, armes à la main, les clans qui s’affrontent depuis lors il convient, une fois encore, de répéter cette évidence qui finira tôt ou tard par s’imposer à tous : seuls les Libyens peuvent résoudre le problème que l’assassinat programmé du « Guide » a provoqué et, contrairement à ce que prétendent ces mêmes puissances extérieures, ils ont tous la volonté d’y parvenir en restaurant l’unité qui leur avait permis hier de se libérer des tutelles étrangères.

 

Quitte à nous répéter une fois de plus – car nous ne cessons de défendre cette cause légitime dans nos colonnes – il est évident que la communauté internationale dans son ensemble doit contraindre la Turquie, la Russie, le Qatar, l’Egypte, les Emirats arabes unis, mais aussi les puissances moins visibles telles que la France, l’Angleterre, les Etats-Unis à cesser de jeter de l’huile sur le feu. Si elle ne le fait pas rapidement c’est toute l’Afrique du nord, le Sahel et le Sahara, la Péninsule arabique, la Méditerranée orientale et même l’Europe méridionale qui paieront au prix fort l’erreur historique que leurs dirigeants commettent en ce moment. Une erreur d’autant plus insupportable que ces interventions ont pour seul but de prendre le contrôle des vastes champs d’hydrocarbure que Mouammar Kadhafi avait su mettre en valeur lorsqu’il détenait le pouvoir.

 

Seul le peuple libyen, avec l’appui affirmé et concret de la communauté africaine, peut réussir à rapprocher les frères ennemis qui s’affrontent les armes à la main, à résoudre donc le différend artificiel qui les oppose. Nous en avons eu la preuve ces dernières années lorsque l’Union africaine a créé le Comité de haut niveau sur la Libye que préside Denis Sassou N’Guesso et qui a réuni chez nous le Haut Conseil des villes et des tribus libyennes pour une concertation dont le meilleur serait sorti à coup sûr si les puissances extérieures l’avaient écouté.

 

Que les choses soient donc claires : ou bien la raison l’emporte sur l’intérêt égoïste des puissances extérieures et la paix reviendra très vite en Libye, ou bien l’inverse continue de se produire et la crise en cours va prendre une dimension que plus personne ne saura, ne pourra gérer.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/8/2020 | Soixante ans !
▶ 12/8/2020 | Terre d’école
▶ 11/8/2020 | Vaccin
▶ 10/8/2020 | Unité
▶ 7/8/2020 | Aptitudes
▶ 6/8/2020 | Drame
▶ 5/8/2020 | Transport en commun
▶ 4/8/2020 | Opposition
▶ 3/8/2020 | Attention !