Opinion

  • Éditorial

Mémoire

Jeudi 30 Juillet 2020 - 18:47

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors que se précisent, ou plutôt se déterminent les évènements qui marqueront chez nous, à Brazzaville très précisément, la commémoration du processus qui permit en 1940 au général de Gaulle de rendre à la France sa dignité, son honneur, il n’est pas inutile de rappeler, que c’est bien en Afrique, chez nous, que ce tournant historique a été franchi. Et de souligner le fait que si l’Afrique de l’ouest a refusé de soutenir le chef de la France libre, l’Afrique centrale – alors dite « équatoriale » – s’est engagée, elle, résolument au côté de l’homme qui avait promis à Londres, le 18 juin de cette même année quarante, de restaurer l’indépendance de son pays que foulait aux pieds l’Allemagne nazie avec l’accord du régime de Vichy.

 

Qu’il nous soit donc permis de souligner ici le fait que les cérémonies en préparation pour le mois d’octobre de cette année 2020 – quatre-vingtième anniversaire de la venue du général de Gaulle à Brazzaville et de la concrétisation institutionnelle de la France Libre – seront aussi l’occasion de rappeler deux autres évènements majeurs qui ont eux aussi marqué l’Histoire des temps modernes : d’abord la tenue de la Conférence africaine de Brazzaville lancée le 30 janvier 1944 par le  général de Gaulle, ensuite la réunion des pays africains au stade Félix Eboué en septembre 1958 qui ouvrit pour chacun d’eux la voie de l’indépendance.

 

De ce qui précède ressort cette vérité fondamentale selon laquelle Brazzaville n’est pas seulement la capitale du Congo, de notre Congo, mais qu’elle a joué tout au long des derniers siècles un rôle majeur dans l’Histoire de l’Afrique et plus encore dans l’Histoire de l’immense Bassin du Congo. Un rôle qui, loin de se distendre avec le temps, ne cesse de se renforcer comme en témoigne la place qu’il occupe dans des domaines aussi différents que la lutte contre le dérèglement climatique et la recherche de solutions pacifiques aux drames qui dévastent les pays comme la Libye.

 

Au-delà donc de la commémoration, du 24 au 28 octobre prochains, des actes qui permirent à la France de retrouver son indépendance et qui contribuèrent à libérer l’Europe tout entière, il  conviendra de marquer que notre pays n’a jamais cessé d’œuvrer en faveur de la paix, de la concorde entre les peuples.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 28/9/2020 | Voix
▶ 26/9/2020 | Allègement
▶ 25/9/2020 | Braves !
▶ 24/9/2020 | Nations désunies
▶ 23/9/2020 | Médias, élections
▶ 22/9/2020 | Entretien
▶ 21/9/2020 | Gare !
▶ 19/9/2020 | Secteur public
▶ 18/9/2020 | Audace !
▶ 17/9/2020 | Union