Mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza : deux ambassadeurs font leurs adieux à la directrice générale de l'institution

Mercredi 12 Décembre 2018 - 19:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Bélinda Ayessa a reçu, le 12 décembre, le diplomate italien au Congo, Andrea Mazzella, et celui du Venezuela, Norma Borges, arrivés au terme de leurs missions.

C’est par la remise du bouquet de fleurs exprimant la fructueuse coopération entre l’ambassade d’Italie au Congo et le Mémorial Pierre- Savorgnan-de Brazza que le diplomate italien a fait ses adieux à Bélinda Ayesssa. « C’est un moment de grande et profonde émotion. Ce lieu spirituel représente l’unité entre l’Italie et le Congo. C’est pour cela qu’avant de partir, j’ai pensé venir saluer la directrice générale du mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza, Bélinda Ayessa. Evidemment, nous n’avons pas parlé que du passé mais aussi des projets qu’il y a à réaliser. Comme quoi, on regarde l’avenir », a déclaré le diplomate italien.

L’ambassadeur Andrea Mazzella a invité la directrice générale du mémorial à se rendre en Italie pour une mission approfondie. « Le complexe culturel Savorgnan-de Brazza sera inauguré en 2019. Ce centre sera rempli du contenu aussi grâce à l’apport de l’Italie et de l’ambassade. Nous avons fait un plan, on a pensé comment impliquer la mairie de Rome, le musée Pigorini et la famille De Brazza pour remplir le contenu de ce complexe culturel qui est en construction. Pour cela, il est nécessaire que la directrice générale se rende en Italie pour une mission approfondie qui servira à repérer tout ce matériel et à créer cette grande équipe italo-congolaise qui pourra soutenir cette grande opération », a-t-il indiqué.

Bélinda Ayessa a profité de cette rencontre pour rappeler ce qui a été fait. « L’ambassadeur d’Italie, Andrea Mazzella, a beaucoup œuvré pour la dynamisation de cette institution. Je pense que nous avons été tous témoins ici de la célébration de l’an 10 du mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza et cela est à mettre à l’actif de l’ambassade d’Italie qui n’a ménagé aucun effort pour rendre visible et pour faire en sorte que cet événement soit une réussite incontestable. Je crois qu’il est important de dire toute notre reconnaissance à l’ambassadeur, parce qu’il part certes mais il laisse véritablement ici une trace indélébile », a reconnu la directrice générale du mémorial.

Elle a, en outre, ajouté que l’ambassadeur Andrea Mazzella va continuer à œuvrer dans ce sens et regarder dans quelle mesure l’Italie va apporter sa contribution au complexe culturel Savorgnan-de Brazza qui sera inauguré en 2019. Car, il y a du contenant mais il faut qu’il y ait un contenu et cet apport doit venir des amis et partenaires, a-t-elle ajouté. L’Italie qui est très liée au mémorial par l’identité italienne de Savorgnan de Brazza apportera sa grande contribution. Il en est de même pour la France. « Nous nous rendrons en Italie et verrons dans quelle mesure tisser des partenariats et surtout poser nos doléances tout en disant à la partie italienne ce dont nous avons pour donner un peu plus d’épaisseur au complexe scolaire Savorgnan-de Brazza », a-t-elle assuré.

"Le mémorial a permis aux Vénézuéliens de connaître le Congo"

Arrivée à la fin de sa mission après cinq années de loyaux services, Norma Borges a redynamisé la coopération culturelle entre l’ambassade du Venezuela et le mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza. « Je suis venue faire mes adieux à Bélinda Ayessa, la directrice générale du mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza, une grande dame avec un grand cœur avec qui nous avons énormément travaillé. Elle nous a ouvert toutes les portes de son institution pour abriter la Semaine culturelle et touristique du Venezuela. Nous avons célébré quatre éditions. Je suis ravie parce que le site a servi de vitrine pour promouvoir la culture du Venezuela et a permis également aux Vénézuéliens de connaître le Congo », a-t-elle déclaré.

Pour sa part, la directrice générale du mémorial a salué l’implication de la diplomate vénézuélienne dans le rayonnement de son institution culturelle. « L’ambassade du Venezuela a contribué au rayonnement du mémorial, à son épanouissement par l’organisation de plusieurs activités culturelles. Le mémorial par ma personne a été associé aux activités éducatives qu’organisait l’ambassade de Venezuela. Nous nous réjouissons de ce partenariat que nous avons eu. J’ose croire que nous allons nous inscrire dans la continuité », a-t-elle laissé entendre.

Bélinda Ayessa s’est séparée de l’ambassadeur du Venezuela en fin de mission par la remise d’une œuvre d’art représentant le Congo.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

L'ambassadeur Andrea Mazzella offrant un bouquet d'adieux à Belinda Ayessa / Adiac La diplomate vénézuélienne venue faire ses adieux à la directrice générale du mémorial / Adiac

Notification: 

Non