Opinion

  • Éditorial

Mise en ordre

Mercredi 6 Septembre 2017 - 12:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce n'est évidemment pas un hasard  si Denis Sassou N'Guesso a confié à Firmin Ayessa, qui fut pendant des années son plus proche collaborateur, le soin de conduire jusqu'à son terme la réforme du très puissant appareil d'Etat figurant au cœur du programme de "rupture" sur la base duquel il s'est fait réélire à la Présidence de la République il y a un an.

Rompu aux subtilités de la gouvernance publique et assuré de l'appui de la plus haute autorité de la République en raison du long parcours effectué à ses côtés,  l'ancien directeur du Cabinet présidentiel, désormais "Vice-Premier ministre  chargé de la Fonction publique, de la réforme de l'Etat, du travail et de la sécurité sociale",  a effectivement toutes les cartes en main pour imposer les réformes sans lesquelles la modernisation de la gouvernance publique continuerait de relever du mythe et resterait un vœu pieux.

La tâche qui lui est confiée est d'autant plus stratégique  que la sortie de la crise économique et financière dans laquelle se trouve plongé notre pays depuis deux ans dépendra pour une très large part des décisions qui seront prises dans les mois à venir afin de réduire le poids de l'Etat,  d'alléger le coût des services du haut en bas de l'échelle administrative, de former et de responsabiliser les fonctionnaires, d'imposer l'usage des nouvelles technologies au sein de l'appareil d'Etat, bref de faire ou plutôt de refaire de celui-ci l'un des moteurs de la dynamique nationale.  

Si cette mission est menée à bien dans le temps imparti, qui ne dépasse pas quatre ans puisque le présent quinquennat s'achèvera en 2021, elle fera du Congo, l'un des pays les plus dynamiques du continent africain. Et du même coup elle le positionnera  comme un modèle dans une région, le Bassin du Congo, qui va connaître de grands changements et sans doute s'imposer comme l'un des plus grands marchés de la planète en dépit des crises auxquelles l'Afrique centrale se trouve présentement confrontée.

Autant dire que tout doit maintenant être mis en œuvre pour aider les responsables de cette mutation à la mener jusqu'à son terme dans le délai très court fixé par le chef de l'Etat.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/9/2017 | A.E.F – F.M.M.
▶ 21/9/2017 | D’un côté …
▶ 19/9/2017 | Remise en ordre
▶ 18/9/2017 | Manhattan
▶ 16/9/2017 | Savoir
▶ 14/9/2017 | U.P.A.D.S.
▶ 13/9/2017 | P.C.T
▶ 12/9/2017 | Confiance
▶ 11/9/2017 | Ingérences