Opinion

  • Éditorial

Mobilisation

Mardi 16 Avril 2019 - 11:22

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce qui paraît évident dans le moment très particulier que nous vivons où les feux se mettent au vert concernant les rapports de notre République avec la communauté financière internationale, c’est bien que nous devons tous nous mobiliser pour donner un contenu concret au projet de relance économique que prépare le gouvernement. S’il est exact que les pouvoirs publics doivent, quant à eux, donner un contenu très concret aux mesures prises en faveur de la bonne gouvernance dans les administrations et les services publics, il l’est tout autant, voire même plus, que chacun de nous doit également apporter sa pierre au nouvel édifice qui se construit sous nos yeux.

Pour dire les choses de façon abrupte au risque de nous attirer des critiques du monde bien-pensant qui nous entoure, il est temps de surmonter le pessimisme que la crise de ces dernières années a engendré et qui a gagné les unes après les autres toutes les couches de la société congolaise. Même si rien n’est encore officiellement acquis sur le terrain éminemment stratégique des accords avec le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, le Club de Paris et les autres institutions de la communauté financière, le simple fait de démontrer par des actes concrets et individuels que le peuple congolais appréhende désormais lui-même l’avenir avec optimisme accélèrerait fortement le mouvement qui se précise chaque jour.

Si la société civile tout entière anticipe, sans prendre de risques excessifs, le mouvement qui se dessine, elle contribuera de façon décisive à résoudre les problèmes multiples auxquels nous a confrontés la chute brutale des cours du pétrole sur les marchés mondiaux. Certes, elle ne détient pas entre les mains tous les atouts nécessaires pour relancer la croissance économique, créer les emplois qui permettront d’abaisser le taux du chômage, aider les nouvelles générations à s’installer en toute sécurité dans la société civile, développer le commerce, l’agriculture et l’artisanat dont dépendra demain notre prospérité, mais elle peut et doit jouer un rôle décisif dans la reprise de notre marche en avant.

Si l’Etat et le gouvernement veulent tenir les engagements qu’ils sont en train de prendre vis-à-vis des institutions financières mondiales, ils doivent accompagner, soutenir, accélérer ce mouvement de mille et une façons.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 18/4/2019 | Innovation
▶ 18/4/2019 | Stabilité
▶ 17/4/2019 | Notre-Dame
▶ 16/4/2019 | Mobilisation
▶ 13/4/2019 | Mise au point
▶ 12/4/2019 | Société civile
▶ 11/4/2019 | Destination Congo
▶ 11/4/2019 | Question
▶ 10/4/2019 | Libye
▶ 9/4/2019 | Hommage