Opinion

  • Éditorial

Musée

Jeudi 18 Juin 2020 - 19:06

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


C’est sûr que l’ombre de l’artiste Papa Wemba survivra au-delà de son empreinte musicale et de sa riche carrière, si encore le musée dont la création prochaine imaginée par les autorités de la République démocratique du Congo porte son nom. Il est évident que cela soit ainsi, d’autant plus que ce patrimoine culturel en projection sera érigé dans la splendide villa de l’artiste décédé à 66 ans en avril 2016.

Derrière la décision de l’Etat de racheter ce bien immobilier pour en faire une institution permanente au service de la société et de son développement, c’est, évidemment, et nous l’espérons, la réalisation d’une vaste mission de favoriser la création sous toutes ses formes et la transmission de la musique à des publics très diversifiés.

Lieu où le patrimoine dialogue avec le répertoire, où l’histoire des instruments rencontre les grandes mutations économiques et culturelles, où le maintien de formes traditionnelles côtoie des changements techniques partagés par toutes les cultures du monde, le musée du nom de ce  grand artiste pourrait relater l’histoire des musiques du Bassin du Congo avec leur immense succès.

On imagine alors des collections et un espace d’exposition permanente, dont des trésors nationaux et ceux de la sous-région, ou des instruments mythiques comme une guitare de Franco Luambo Makiadi ou un Tambour à lanières des Yombés permettent de relater l’histoire de la musique et d’en enseigner la véritable place et le rôle au musée.

 

Les Dépêches du Bassin du Congo

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 14/7/2020 | Premières dames
▶ 13/7/2020 | La Libye encore …
▶ 11/7/2020 | Mairies
▶ 9/7/2020 | Signaux
▶ 8/7/2020 | Petite vague couleur
▶ 7/7/2020 | Cancer
▶ 6/7/2020 | Prudence !
▶ 4/7/2020 | Casse-tête ?
▶ 2/7/2020 | Adoption
▶ 2/7/2020 | Et Brazzaville …