Musique : Michel Ngoualali lance « Muana JMC »

Samedi 6 Juin 2020 - 14:28

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

« Muana JMC », la chanson phare de l'opus, est présente en version vidéo, sur toutes les plates-formes de téléchargement dont Youtube. Les deux autres chansons à savoir « Mobikisi » et « Mystère » le sont en version audio.

L'artiste retrace dans la chanson « Muana JMC » sa carrière musicale de Brazzaville à Kinshasa. Par contre, l’épopée African-Fiesta-Sukisa est largement contée à travers la chanson "Mobikisi". Comme toute histoire, celle-ci renferme encore des aspects souvent pas trop exploités.

L’auteur compositeur de la chanson « Muana JMC » a indiqué qu'il est confronté à un financement adéquat pour faire la promotion de ce maxi-single. « Je sollicite les amateurs de la bonne musique de télécharger ces chansons en attendant leur sortie officielle sur le marché du disque », a-t-il déclaré.

Le flutiste Michel Ngoualali fut un ancien sociétaire de l’orchestre les Bantous de la capitale, dans les années 1967.

Son enrôlement en 1967 est intervenu à une époque qui peut être considérée comme étant la plus glorieuse de l’orchestre African-Fiesta Sukisa, basé à Kinshasa, actuelle capitale de la République démocratique du Congo (RDC). Certaines sources soutiennent que Michel Ngoualali aurait stimulé le docteur Nico à créer la célèbre danse « Kiri-Kiri mabina ya sika », dont les premières esquisses auraient vu le jour à Brazzaville.

Dans l’African-Fiesta Sukisa, Michel Ngoualali avait composé deux œuvres : « Capacité ya bolingo », dédiée à Munga Francisca, et « Kantshita », plébiscitée meilleure chanson de l’année 1968.

Notons que Michel Ngoualali faisait partie des dissidents qui avaient formé l'African-Soul en 1969, avant la disparition de Chantal Kazadi à Luluabourg (Kananga) en RDC.

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

1-Pochette du maxi-single (DR)

Notification: 

Non