Opinion

  • Éditorial

Mutation

Lundi 8 Mai 2017 - 17:40

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Il est bien vrai que les scrutins qui approchent  -  élections législatives, élections départementales, élections locales - donneront aux citoyens congolais une bonne, très bonne occasion d'achever la mutation engagée non sans mal au lendemain des drames qui marquèrent les dernières années du siècle précédent. Mais il l'est tout autant que cette étape ultime devra être gérée, du haut en bas de l'échelle sociale, avec sérieux et compétence si nous voulons que notre pays consolide le climat de paix qui lui permit de réaliser toutes ces avancées depuis près de vingt ans.

Au-delà de l'épineuse question que pose à la puissance publique la poursuite des troubles dans une partie du département du Pool, l'enjeu principal des scrutins à venir est, en effet, double : d'abord, bien sûr, la participation effective des électeurs, c'est-à-dire leur présence massive dans les bureaux de vote lors des deux tours de scrutin ; ensuite, l'équilibrage, ou le rééquilibrage, de l'Assemblée nationale, des Conseils départementaux et municipaux avec une place plus importante faite aux femmes et un renouvellement marqué des générations.

Dans le même temps où l'Etat met tout en œuvre pour que les scrutins à venir se déroulent, sur le terrain, dans les meilleures conditions possibles il revient donc aux partis et aux formations politiques, ainsi qu'aux nombreuses associations  de la société civile de se mobiliser pour que ce double enjeu soit relevé et gagné. La société civile, c’est évident, ne se mobilisera massivement le jour venu que si elle a le sentiment que ses attentes ont été perçues et comprises par la classe politique dans son ensemble.

Alors que se préparent, dans le secret des états-majors des partis, les listes de candidats et candidates qui seront présentées demain aux électeurs il n'est pas inutile de rappeler à ceux ou celles qui seraient tentés de l'oublier que la jeune démocratie congolaise, pourvue grâce à sa nouvelle Constitution d'institutions mieux adaptées à ses mutations présentes et à venir, a aussi besoin d'un sang neuf qui lui donne la force, l'énergie nécessaires pour accélérer sa marche vers l'émergence.

Equilibrer et rajeunir sont bien les atouts dont dépend notre avenir collectif.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/6/2017 | Participation
▶ 21/6/2017 | Savoir raison garder !
▶ 20/6/2017 | Débat
▶ 19/6/2017 | Dialogue
▶ 15/6/2017 | Days of Soro
▶ 10/6/2017 | Anticiper
▶ 8/6/2017 | Confiance
▶ 7/6/2017 | Indépendants
▶ 6/6/2017 | ? ? ?
▶ 5/6/2017 | Trumperie