Nigeria : une fausse première dame arrêtée

Mercredi 5 Décembre 2018 - 14:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les services secrets du pays ont mis la main, le 4 décembre, sur une femme qui a utilisé diverses fausses identités pour accéder au complexe présidentiel, afin de se livrer à des actes d’escroquerie. Amina Mohammed se faisait passer pour l’épouse du chef de l’Etat.

Les services secrets ont déclaré qu'Amina Mohammed s'était d'abord fait passer pour la première dame de l'État de Kogi pour entrer dans la villa présidentielle de la capitale Abuja. Elle aurait ensuite invité des personnes à l'intérieur de la résidence, en leur faisant croire que c'était une invitation de l'épouse du président. Lors d’un point de presse, elle a nié les faits.
Le porte-parole de l'agence des services secrets nigérians connue sous le nom de Département de la sécurité de l'État (DSS), Peter Afunanya, a déclaré aux journalistes que le scandale avait eu lieu en novembre 2017 alors que la première dame, Aisha Buhari, était absente du pays.

En plus, un homme d'affaires fortuné, Alexander Chika Okafor, invité à la villa présidentielle par Mohammed Amina, l'a également accusée de lui avoir escroqué cent cinquante millions de nairas (quatre cent quatorze mille dollars) pour une transaction immobilière dans la ville de Lagos, a déclaré le porte-parole des services secrets. « L'enquête a montré que cette entreprise impie n'est pas connue de la première dame », a ajouté Peter Afunanya. Mohammed Amina « a profité du fait que des personnalités telles que les premières dames, les ministres et certaines catégories de fonctionnaires ne sont pas soumises à des protocoles rigoureux et à des contrôles de sécurité aux postes de garde de la villa », a-t-il précisé.

Certains observateurs indiquent que la brèche dans la sécurité est tout de même choquante car le complexe présidentiel, connu sous le nom d’Aso Rock, est bien gardé par la DSS et des policiers. Tous les membres du personnel qui y travaillent doivent être munis de laissez-passer, y compris des données biométriques, et tous les visiteurs doivent être munis d'une carte d'identité.
En septembre dernier, la DSS a arrêté l'un des collaborateurs de la première dame pour avoir prétendument collecté des fonds sous de faux prétextes. Il a nié ces allégations.
Lors de sa prise de fonction, le président nigérian Muhammadu Buharin avait promis de s'attaquer à la corruption dans son pays.
 

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non