Nouvel administrateur à la BAD : Freddy Matungulu met fin à ses activités dans Lamuka

Samedi 13 Juillet 2019 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans un communiqué, le leader de Congo na biso (CNB), un des co-fondateurs de Lamuka, dit prendre ses distances vis-à-vis de cette plate-forme pour se consacrer pleinement à l’effort attendu de lui à la BAD où il vient d’être désigné pour y siéger au Conseil d’administration.

Freddy Matungulu, un des principaux leaders de la plate-forme Lamuka, vient d’être désigné, par le cher de l‘Etat, Félix Tshisekedi, pour siéger au Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD). La nouvelle a, comme il fallait s’y attendre, fait jaser dans l’opinion lorsqu’on sait que l’intéressé demeure, jusqu’à preuve du contraire, membre à part entière de Lamuka, regroupement qui incarne l’opposition au pouvoir actuel. Freddy Matungulu qui, depuis quelque temps, n’était plus très actif dans les activités de son regroupement politique, a vite fait d’accepter l’offre présidentielle. « J'ai répondu favorablement à l'appel et souhaite dire ma gratitude au président de la République », a-t-il déclaré dans un communiqué publié dans la foulée de sa désignation. Il devient ainsi le représentant non seulement de la RDC mais aussi du Burundi, du Cameroun, du Congo/Brazzaville, de la République Centrafricaine et du Tchad à la BAD.                 

Le mandat triennal d’administrateur de la BAD pour les six pays précités, porté il y a peu, par le Cameroun pendant les trois dernières années étant arrivé à terme le 30 juin 2019, il appartenait à la RDC de prendre le relais. En jetant son dévolu sur Freddy Matungulu qui maîtrise les rouages des institutions financières internationales, Félix Tshisekedi assume parfaitement son choix. Durant son mandat, Freddy Matungulu promet d’assurer à la BAD la défense des intérêts de la RDC et des cinq États « actionnaires » dont il est devenu le mandataire.  

En conséquence, le nouveau promu met en sourdine sa participation aux activités de Lamuka. « Ce nouvel engagement international me réimpose des devoirs de réserve. J’attends dès lors prendre une distance conséquente de mes activités politiques militantes, y compris dans Lamuka, pour me consacrer en priorité à l’effort collectif attendu de moi à la BAD, pour le bien de la RDC et de l’Afrique », fait-il savoir.  

Un nouveau coup dur pour Lamuka qui, à la suite de Mbusa Nyamwisi qui a rejoint Félix Tshisekedi pour soutenir sa démarche dans la lutte contre Ebola et contre l’insécurité à l’Est, vient de perdre Freddy Matungulu, un de ses pères fondateurs. Ce dernier qui était en passe de prendre la tête du présidium de Lamuka qui devait lui revenir à la fin de ce mois, en succession à Moïse Katumbi, n’assumera plus cette tâche.

C’est finalement autour de Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito que se négocie le futur de ce regroupement politique qui n’offre plus de gages de sérénité face à un avenir qui paraît de plus en plus brumeux. De la résolution des leaders de Lamuka attendue de la réunion programmée, le 24 juillet,  à Lubumbashi autour de Moïse Katumbi dépendra l’avenir de cette plate-forme politique et de ses animateurs qui n’émettent plus sur la même longueur d’ondes, quant à la conduite à tenir vis-à-vis du régime actuel.   

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Freddy Matungulu

Notification: 

Non