Opinion

  • Éditorial

Nouvel âge

Jeudi 21 Février 2019 - 11:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors que débute aujourd’hui, à Rome, la réunion des Conférences épiscopales de l’Eglise catholique que le pape François a convoquée dans le but de mettre en place les mesures qui permettront à l’avenir de prévenir les abus sur les mineurs et les personnes vulnérables, les regards du monde entier se tournent vers la Cité du Vatican. Avec inquiétude pour les chrétiens qui découvrent l’ampleur des scandales sexuels qui leur fut longtemps cachée, avec espoir pour celles et ceux qui en ont été victimes des années durant, avec curiosité pour les observateurs de la scène religieuse qui se demandent comment la plus haute autorité de l’Eglise parviendra à mettre de l’ordre dans la gouvernance romaine.

Précédée et accompagnée par les deux bombes que sont le livre  Sodoma de Frédéric Martel et le film Grâce à Dieu  de François Ozon, la conférence va marquer à coup sûr  un tournant dans la longue, très longue Histoire de l’Eglise. Outre le fait qu’elle réunira autour du souverain pontife pendant quatre longues journées les cardinaux et les évêques venus des cinq continents, ce qui n’est tout de même pas fréquent, l’extrême gravité des faits qui la justifient jettera une lumière crue sur les pratiques, les abus de pouvoirs, les silences plus ou moins complices, l’« omerta » dont ont été et sont toujours victimes des milliers de jeunes ou de moins jeunes. Si nul ne peut prédire ce qu’il sortira du long et difficile débat dont le pape lui-même va assumer la direction, l’on peut être certain qu’il marquera d’un sceau indélébile ce nouveau pontificat.

Ce que nous devons noter dès à présent, c’est qu’il aura fallu attendre l’élévation au Trône de Pierre d’un prélat venu du grand Sud – l’Argentine –  pour que l’Eglise catholique se décide enfin à dénoncer publiquement le cancer qui la rongeait depuis des décennies, voire même depuis des siècles. Avec toutes les conséquences que cela aura inévitablement, conséquences parmi lesquelles figurent en bonne place, comme nous l’avons écrit ici même à plusieurs reprises, les questions pour le moins délicates du célibat des prêtres, de la place des femmes dans la gouvernance de l’Eglise, de la réforme en profondeur de la Curie romaine, des pouvoirs excessifs de l’épiscopat italien et européen.

Disons donc les choses clairement : la conférence qui s’ouvre aujourd’hui  à Rome va très probablement marquer le début d’un nouvel âge de l’Eglise.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 20/3/2019 | 2021 !
▶ 19/3/2019 | Avertissement
▶ 18/3/2019 | Compétition
▶ 15/3/2019 | Leçons
▶ 14/3/2019 | Liberté !
▶ 14/3/2019 | Merci !
▶ 13/3/2019 | Odzala
▶ 12/3/2019 | Impressionnante
▶ 11/3/2019 | Alerte
▶ 8/3/2019 | Pacte