Paix et sécurité : la CEEAC et l’Unoca réitèrent leur appui pour la mise en œuvre de la résolution 1325 de l’ONU

Samedi 26 Mai 2018 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les deux institutions sous-régionales ont organisé conjointement, du 23 au 24 mai, un atelier regroupant les représentants et experts des pays membres, les organisations féminines, les acteurs de la société civile et les agences du système des Nations unies.

L’atelier de validation du Plan d’action régional de la CEEAC pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU a permis aux participants de formuler des recommandations à l’endroit des pays membres et de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC).

Aux pays membres, il leur a été demandé d’entreprendre des campagnes de sensibilisation pour le recrutement de plus de femmes dans les forces de défense et de sécurité, d’accompagner les différents ministères concernés dans la matérialisation des plans d’actions nationaux; de renforcer la participation des femmes à toutes les étapes du processus de la réforme du secteur de la sécurité, de promouvoir la mise en œuvre de la budgétisation sensible au genre en tant qu’outil d’aide à la concrétisation des engagements internationaux en matière d’égalité femmes-hommes.

En outre, les participants ont invité les Etats membres qui ne l’ont pas encore fait, à diligenter l’élaboration et la mise en œuvre de leurs plans nationaux.

Par ailleurs, il a été recommandé à la CEEAC de faciliter la mise en place d’un Groupe technique spécialisé sur le suivi de la mise en œuvre du Plan d’action de la résolution 1325 ; d’instituer la conférence des femmes pour la Paix en Afrique centrale, de mobiliser les fonds pour la mise en œuvre du Plan d’action régional ; de veiller à l’augmentation des effectifs féminins lors des déploiements des missions de soutien à la paix, et de mettre en place un réseau Femmes, paix et sécurité en Afrique centrale pour soutenir l’action des Etats membres de la CEEAC dans la prévention des conflits, la consolidation de la paix et la reconstruction post-conflit.

Ces recommandations, y compris la feuille de route sur les actions prioritaires à mener, seront définitivement adoptées par les instances décisionnelles du sommet des chefs d’Etat de la CEEAC.

Rappelons que les travaux se sont déroulés en présence du consultant régional CEEAC/Unoca, Gérard Nduwayo. Après avoir présenté l’état des lieux de mise en œuvre de la résolution 1325, il a évoqué, entre autres, le contexte politique et sécuritaire marqué par des cycles de violence intervenue dans certains pays depuis 1960, au cours desquels les femmes ont payé un lourd tribut ; la volonté politique des Etats membres de la CEEAC dans la mise en œuvre de cette résolution ; les principaux défis à relever, etc.

La résolution 1325 a été adoptée en octobre 2000 par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies. Elle réaffirme, entre autres, « le rôle important que les femmes jouent dans la prévention et le règlement des conflits et dans la consolidation de la paix ». Elle souligne aussi « qu’il importe qu’elles participent sur un pied d’égalité à tous les efforts visant à maintenir et à promouvoir la paix et la sécurité et qu’elles y soient pleinement associées ».

A la fin des travaux, les participants ont félicité le secrétariat général de la CEEAC pour la mobilisation des fonds nécessaires à la tenue de l’atelier qui a bénéficié de l’appui technique du bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale (Unoca).

Dans son discours de clôture, la ministre de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, représentée par sa directrice de Cabinet, Cornelie Gabrielle Adou NGapi, a exprimé sa satisfaction pour la qualité des échanges tout au long des travaux.

« Nous avons la ferme conviction que cette rencontre nous a donné l’opportunité de procéder à l’élaboration d’un plan d’action régional pour la mise en œuvre de la résolution 1325. Ce qui faciliterait une meilleure implication des femmes dans les mécanismes de prévention des conflits, de maintien et de consolidation de la paix dans la sous-région », a-t-elle déclaré.

La directrice de cabinet s'est dit persuadée que de nouvelles stratégies liées à la participation effective des femmes dans la prévention et la résolution des conflits seront élaborées et les moyens seront mobilisés pour leur mise en œuvre.

Yvette Reine Nzaba

Légendes et crédits photo : 

-Une vue des participants/ crédit photo Adiac

Notification: 

Non