Pont route-rail Brazzaville-Kinshasa : le coût du projet estimé à près de 270 milliards de FCFA

Mardi 19 Février 2019 - 17:55

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Afin de mobiliser les financements nécessaires à l’exécution du projet d’intégration sous-régionale, une table ronde des partenaires techniques et financiers est prévue au mois de juin.

Le coût du projet Pont route-rail a été dévoilé au cours de la première réunion du comité d’organisation de la table ronde des partenaires techniques et financiers, tenue le 19 février à Brazzaville.

Outre ce projet, la mobilisation des fonds servira aussi au financement du projet relatif au prolongement du chemin de fer Kinshasa-Ilébo (RDC) dont les rapports finaux des études sont disponibles depuis janvier 2017. À cela s’ajoutent le projet de la route Ouesso-Bangui-N'Djamena et celui de la navigation sur le fleuve Congo et ses affluents Oubangui et Sangha dont le rapport provisoire d’avant-projet a été validé, lors du comité technique mixte tenu du 14 au 18 février, dans la capitale congolaise.

Représentant le secrétaire général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), la secrétaire générale adjointe, Marie Thérèse Chantal Mfoula, a renouvelé à la Banque africaine de développement (BAD) la demande d’appui à l’organisation de la table ronde de juin, en sa qualité de chef de file des bailleurs de fonds pour le financement des projets du Programme de développement des infrastructures en Afrique, dont font partie ces projets.

Par ailleurs, le représentant de la BAD, Auguste Karanga, a, pour sa part, souhaité que la mission de haut niveau de la CEEAC, annoncée pour la fin du mois de mai, soit dépêchée à leur siège d’Abidjan. Une occasion pour échanger sur les modalités pratiques d’organisation de cette table ronde et de fixer les limites ainsi que la consistance de l’appui requis par la CEEAC.

Saluant les résultats atteints après trois années d’études pour lesquelles la BAD a contribué en général à hauteur de plus de dix-huit millions de dollars, son représentant a indiqué : « Il me plait à ce niveau, de renouveler la volonté de la BAD d’accompagner la CEEAC et les Etats concernés dans la mobilisation des ressources nécessaires au financement de ces grands projets ».

Ajoutant : « la Banque a inscrit à son programme d’intervention en Afrique centrale pour les trois ans à venir ces deux grands projets mais ne saurait s’engager sur des montants précis pour l’heure ».

Présidant les travaux, la ministre du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Eboucka Babakas, a déclaré que la mise en œuvre de ces projets permettra de créer de nouvelles opportunités d’emplois, promouvoir le commerce et les investissements frontaliers dans les domaines de l’industrie manufacturière, des grands travaux d’infrastructures, des services dont le tourisme.

Signalons que le ministre des Transports  et de la marine marchande, Fidèle Dimou, a pris part à cette rencontre. 

Lopelle Mboussa Gassia

Légendes et crédits photo : 

Les membres du comité d'organisation lors des travaux

Notification: 

Non