Présidentielle : Martin Fayulu désigné candidat commun de l‘opposition

Lundi 12 Novembre 2018 - 15:32

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A l’issue de trois jours de négociations facilitées par la Fondation Kofi-Annan, à Genève, le choix des sept principaux chefs de file de l’opposition s’est finalement porté sur le leader de l’Ecidé pour incarner les aspirations de cette famille politique qui tient à maximiser ses chances lors du scrutin du 23 décembre prochain.

Contre toute attente, alors qu’il n’était pas pressenti candidat commun de l’opposition au regard notamment de sa popularité relative et sectorielle, Martin Fayulu a néanmoins créé la sensation en déjouant tous les pronostics. Les six autres principaux chefs de file de l'opposition, réunis à Genève, ont jeté leur dévolu sur sa personne à l’issue de trois jours de négociations facilitées par la Fondation Kofi-Annan.

C’est donc le président de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé) qui portera, à l’issue d’un vote à deux tours, le projet commun de l’opposition lors de la présidentielle du 23 décembre. Il est le challenger que l’opposition met au devant de la scène pour contrer les velléités triomphalistes du candidat de la « kabilie », tout en espérant parvenir à l’alternance tant souhaitée au sommet de l’État. Aussi Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi, Freddy Matungulu, Vital Kamerhe, Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito ont-ils pris l’option de s’effacer, ou mieux, de se retirer éventuellement au profit du candidat unique qu’est Martin Fayulu qu’ils estiment être un prétendant sérieux à la succession du président Joseph Kabila qui a renoncé à modifier la Constitution pour briguer un troisième mandat à la tête du pays.

Par ailleurs, Martin Fayulu est censé piloter le projet de société qu’incarne la nouvelle coalition politique « Lamuka ! » (Réveillez-vous !) mise en place par les leaders de l’opposition ayant pris part au conclave de Genève. Ce nouveau regroupement politique est appelé à poursuivre sans relâche « le combat pour l’abandon de la machine à voter, le nettoyage du fichier électoral et la décrispation politique en vue de rendre ces élections libres, transparentes, inclusives, crédibles et apaisées ». La plate-forme « Lamuka » insiste sur la qualité des élections à venir. Et si les conditions d’avoir de bonnes élections ne sont pas réunies, les sept signataires de la déclaration ayant sanctionné les travaux de Genève se disent prêts à appeler le peuple congolais à s’assumer, dans le cadre de l’article 64 de la Constitution pour éviter toute « parodie d’élection ». Dans ce même document, il est annoncé une série des « manifestations politiques à travers tout le pays pour des élections sans machine à voter » ainsi qu'un prochain meeting à Kinshasa pour « présenter au peuple congolais le candidat commun de l'opposition ».

S’exprimant pour la toute première fois sous sa nouvelle casquette de candidat commun de l'opposition, lors d’une conférence de presse animée, le 11 novembre, à Genève, Martin Fayulu qui s’affiche déjà comme le porte-parole du combat pour la liberté et la démocratie s’est voulu rassurant. « Ensemble, nous mènerons ce combat pour des élections démocratiques, inclusives, transparentes et apaisées. Notre peuple a besoin de leaders que lui-même va choisir. Le peuple a besoin de leaders qui vont l’amener au développement, à la prospérité et, nous sept, nous sommes engagés à réaliser cette œuvre », a t-il soutenu. 

Martin Fayulu (62 ans) s’était présenté à la présidentielle comme candidat de la plateforme « Dynamique de l’opposition ». Diplômé en économie de l'université Paris XII et détenteur d’un MBA à l'European University of America à San Francisco, en Californie, il a participé à la Conférence nationale souveraine au sein de laquelle il était vice-président de la commission économie, industrie et PME. Défenseur acharné d’une « transition sans Kabila », il se range dans l’aile dure de l’opposition qui ne transige pas sur la question des électeurs enrôlés sans empreintes digitales et celle de la machine à voter.

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Martin Fayulu

Notification: 

Non