Présidentielle : vingt et un candidats définitivement retenus par la Céni

Jeudi 20 Septembre 2018 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La centrale électorale a publié, le 19 septembre, la liste définitive des candidats à la présidentielle et aux législatives nationales et provinciales.

On en sait un peu plus aujourd’hui sur les candidats qui vont concourir à l'élection présidentielle, le 23 décembre, suite à la publication par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de la liste définitive. Après examen des requêtes en contestation déposées à la Cour constitutionnelle au lendemain de la publication de la liste provisoire des candidats, il s’avère au finish que seulement vingt et un candidats ont réussi à franchir cette épreuve procédurale. En effet, sur vingt-cinq candidatures à la présidentielle enregistrées au départ par la Céni, dix-neuf ont été recevables et six ont été recalées pour diverses raisons. Au terme de l'examen des contentieux à la Haute cour, deux candidatures, celles de Samy Badibanga et de Marie José Ifoku ont été récupérées, faisant remonter la liste définitive à vingt et une candidatures. En dehors de Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito recalés, toutes les têtes couronnées de l'opposition ayant postulé se retrouvent sur cette liste définitive à l’instar de Gabriel Mokia, Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, etc.  Concernant les élections législatives nationales, 15 355 candidatures ont été réceptionnées après contentieux, tandis que pour les provinciales, 19 640 candidats devront concourir après examen des requêtes.

Tout compte fait, la publication de cette liste définitive des candidats pour les trois élections (présidentielle, législatives nationale et provinciale) est censée booster le processus électoral qui amorce là un virage décisif.  Tout en reconnaissant aux uns et aux autres la légitimité des divergences d’opinion ou d'idéologie, la Céni en appelle à l'adhésion de tous au processus électoral et à la mobilisation générale le 23 décembre, « pas pour détruire mais pour construire ».

Pour Corneille Naanga, la centrale électorale vient d’entamer la dernière ligne droite vers le 23 décembre, date des élections. « Ces élections sont d’autant plus importantes pour la RDC qu’elles permettront, pour la première fois de son histoire, l’alternance démocratique. En effet, à la faveur de ces élections, le pays vivra sa première expérience remise et reprise civilisée entre un président de la République sortant qu’on connaît et un président de la République entrant que nous, peuple congolais, allons investir par l’acte de vote », a déclaré Corneille Naanga.                                

Alain Diasso

Notification: 

Non