Opinion

  • Éditorial

Prions !

Lundi 24 Août 2020 - 19:17

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Oui, prions le Ciel sous toutes ses formes afin que l’esquisse d’une trêve durable entre les frères ennemis libyens annoncée vendredi dernier à Tripoli ne soit pas un simple « coup médiatique » comme l’affirmait hier l’entourage du Maréchal Khalifa Haftar mais ouvre la voie à un accord qui lui-même ramènera la paix dans ce grand pays que l’assassinat du « Guide »  Mouammar Kadhafi en 2011 – pour des raisons bassement matérielles que l’Histoire se chargera de préciser un jour ou l’autre – a plongé dans le chaos.

 

Prions le Ciel, d’abord, parce que la tragédie vécue par le peuple libyen est insupportable au sens propre du terme puisqu’elle a causé de dizaines de milliers de victimes innocentes, a ravagé l’un des pays qui s’était imposé comme l’un des plus stables du continent même si sa gouvernance était loin d’être parfaite, a fait de cette partie de l’Afrique la terre de tous les trafics sur lesquels prolifèrent désormais des mafias criminelles.

 

Prions le Ciel, ensuite, parce qu’au-delà même du drame que vivent les Libyens c’est la stabilité de l’immense région du Sahel mais aussi  de l’Afrique du nord dans son ensemble et même désormais de l’Afrique sub-saharienne qui se trouve directement menacée comme le montrent de façon tragique les évènements se déroulant au Niger, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Mali et même au Nigéria ou au Cameroun.

 

Aucune crise, en vérité,  n’a atteint un tel degré de violence et n’a généré tout au long des dernières décennies des menaces aussi graves pour la communauté africaine dans son ensemble. Mais aucune crise également n’a menacé aussi directement la paix en Mer Méditerranée où des incidents de plus en plus graves se produisent pour le contrôle des gisements d’hydrocarbures dont cette zone géographique regorge. Avec, en arrière-plan, la guerre sournoise que se livrent les grandes puissances pour le contrôle  de cette partie du monde.

 

Dans un pareil contexte le pire peut à tout instant sortir de l’inconscience des hommes. Prions donc le Ciel pour que la voix de la raison portée par le Haut conseil de l’Union africaine pour la Libye que préside Denis Sassou N’Guesso soit enfin entendue.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/10/2020 | Mémoire
▶ 19/10/2020 | 20 jours de plus
▶ 16/10/2020 | Slogan
▶ 15/10/2020 | Maturité
▶ 14/10/2020 | Soutien
▶ 14/10/2020 | Reprise
▶ 12/10/2020 | Echanges
▶ 10/10/2020 | Autant se parler
▶ 9/10/2020 | Courage !
▶ 8/10/2020 | Tiers-monde