Processus électoral : le CNSA souhaite un échange entre Kabila et Olenghankoy

Samedi 23 Juin 2018 - 18:20

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

À la suite d'un constat préoccupant par rapport à l'évolution du processus électoral, l'organe de suivi de l'Accord du 31 décembre 2016 sollicite une rencontre entre son président et le chef de l'Etat.

Le Conseil national de suivi de l’Accord de la Saint-Sylvestre (CNSA) et du processus électoral a demandé, au cours de sa plénière extraordinaire du 21 juin, en son siège à Kinshasa, à son président Joseph Olenghankoy « de rencontrer le chef de l’État, Joseph Kabila, garant du bon fonctionnement des institutions pour une solution idoine avant le dépôt des candidatures à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ». C’est l’option importante prise par cette institution d’appui à la démocratie, au regard d’un constat à tout le moins préoccupant de l’évolution politique dans le pays.

Dans le communiqué de presse signé par son rapporteur, Valentin Vangi Ndungi, à l’issue de cette plénière, le CNSA a adopté le rapport de sa commission chargée d’évaluer la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016, après avoir examiné le contour du processus en cours. Le document remis à la presse indique qu’au-delà de l’immense et appréciable travail abattu, le CNSA relève quelques faits préoccupants.

Il s’agit de « la non-tenue de la tripartite depuis le début de l’année 2018 » ; de « l’absence d’un consensus politique, tel que prévu par l’Accord, autour de la machine à voter » ; de « l’existence de 16 % d’enrôlés sans empreintes digitales, telle que notée par l’Organisation internationale la Francophonie dans les conclusions de l’audit du fichier électoral ».

Les autres soucis exprimés par le CNSA sont relatifs au « défaut de prise en compte des corrections des omissions et erreurs contenues sur la liste des partis et regroupements politiques publiée au Journal officiel, le 30 avril 2018 » ; à « la non-libération de certains prisonniers politiques, d’opinions et amnistiés contrairement aux prescrits de l’Accord du 31 décembre 2016 ». Un autre fait préoccupant indiqué par le Conseil se rapporte au « règlement unilatéral non satisfaisant de la question des cautions payées depuis 2015 pour les élections législatives provinciales ».

C’est fort de ces constats malheureux que la plénière du CNSA a chargé son président de solliciter une rencontre avec le chef de l’État, en vue de permettre une compétition électorale apaisée, selon les termes de l’Accord. Aussi le CNSA invite-t-il le gouvernement et la Céni à une concertation urgente, conforme à l’Accord des bureaux de réception des candidatures. « Le CNSA appelle le acteurs politiques ainsi que les leaders d’opinions au calme, dans le but de préserver la paix avant, pendant et après les élections », conclut le communiqué.

Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

Joseph Kabila et Joseph Olenghankoy, au sortir d'un entretien

Notification: 

Non