Opinion

  • Éditorial

Proclamation

Jeudi 28 Novembre 2019 - 7:57

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


A soixante-et-un ans ce jeudi 28 novembre 2019, si elle était une personne humaine employée dans la Fonction publique, la République du Congo aurait fait valoir ses droits à la retraite l’année dernière. Tel n’est pas le cas, heureusement ! Si elle était un magistrat hors classe, un officier général ou un professeur d’université, elle attendrait encore quelques printemps, un peu émoussée par les aspérités de la vie, pour se résoudre à partir. Ce n’est pas non plus le cas de ce pays encore si jeune. Si elle est une ambition, convenons qu'il n'est pas lieu de s'attarder sur les âges mais sur les moyens de la réaliser. 

Le Congo, notre maison commune, pour laquelle tous, tels que nous sommes, prions qu’elle soit toujours le miroir devant lequel, après avoir enfilé notre camisole, notre chemise, nous nous mirons, couronne notre volonté commune de vivre unis, de ne pas nous considérer autrement que comme le mentionnent nos pièces d’état civil, c’est-à-dire Congolais. Depuis six décennies et douze mois, ce rêve de bâtir une nation prospère ne s’est jamais démenti.

Aussi paradoxalement qu’il n’y paraît, c’est bien pour ce rêve-là que nous nous donnons tant de peines, n’avons cessé de nous quereller, que nous nous sommes parfois entredéchirés. Parce qu’à chaque fois que les défis se présentent à nous, notre démarche pour les surmonter étant forcément fonction de la perception que chacun de nous en fait, nous ne sommes pas à l’abri de la controverse. Nous l’avons souvent poussée très loin qu’elle finit par nous détourner du bon chemin : nous déplorons des pertes humaines, le saccage de biens meubles et immeubles, les retards dans le décollage économique, l’échec des programmes sociaux.  

Il ne faut pourtant pas penser qu’il existe un seul pays au monde dont l’histoire ne soit cernée par des incertitudes. L’essentiel est de savoir en tirer les enseignements qui conviennent, de ne pas se laisser dépasser par les événements. L’essentiel est de croire au destin de la communauté nationale, d’y consacrer les engagements et les énergies que ne résumeront pas seulement les bons mots. Ce 28 novembre, jour de la proclamation de notre République, la République du Congo, doit être celui de marquer une halte, outils de laboure en main, et se dire, ce pays, nous lui devons beaucoup pour ne pas savoir le lui rendre chaque jour davantage.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 12/8/2020 | Terre d’école
▶ 11/8/2020 | Vaccin
▶ 10/8/2020 | Unité
▶ 7/8/2020 | Aptitudes
▶ 6/8/2020 | Drame
▶ 5/8/2020 | Transport en commun
▶ 4/8/2020 | Opposition
▶ 3/8/2020 | Attention !
▶ 1/8/2020 | Liste