Projet de renforcement des capacités en statistiques : plus de performance attendue

Vendredi 14 Décembre 2018 - 17:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Un rapport à mi-parcours, présenté le 13 décembre à Brazzaville, reconnaît des progrès dans le domaine, tout en relevant que beaucoup reste encore à faire pour appuyer davantage l’Institut national de la statistique en matière de productions des données en temps réel.

Afin de renforcer le système statistique congolais puis de mettre en place des capacités statistiques durables, le gouvernement congolais et la Banque mondiale ont décidé de cofinancer le Le Projet de renforcement des capacités en statistiques (PSTAT). Trente mois après son lancement, l’équipe dirigeante, les bénéficiaires et utilisateurs ont voulu évaluer son impact notamment sur le développement institutionnel et la formation des cadres.

C’est ainsi que deux consultants internationaux, le Pr Grégoire Kankwanda Ebulelang et Serge Bokuma Onsiti ont ainsi été désignés pour conduire l’enquête. Le rapport qui a été adopté est le résultat d’un travail de longue haleine au cours duquel les deux experts ont dû auditionner les cadres des ministères sectoriels, de l’INS, des centres de recherche, voire les médias partenaires.

Ils ont organisé, durant les enquêtes, des entretiens individuels et des discussions en avec les bénéficiaires. Ces discussions leur ont permis d’examiner le contexte actuel du pays pour déterminer et réorienter les interventions du projet comme a su l’expliquer Serge Bokuma Onsiti. Avec des moyens limités, le PSTAT ne saurait prendre en charge toutes les activités relevant de l’INS, a-t-il fait remarquer.     

Les experts recommandent pour autant au PSTAT de contribuer à la réalisation des opérations de recensement dont celui de la population et l’habitat tant attendu. « Pour une plus grande visibilité du PSTAT, son équipe de coordination et l’INS doivent accélérer la mise en œuvre des grandes opérations de collecte des données afin d’obtenir rapidement les résultats. Au gouvernement de réaliser les conditions sur le financement additionnel en faveur du projet structuré », propose le rapport des exports.

Coordonnateur du PSPAT, Dominique Kimpouni s'est félicité de cette revue à mi-parcours qui a décelé les forces et faiblesses du projet. Les priorités des mois et années à venir, a-t-il dit, consistent à agir sur la formation du personnel en vue de pallier le manque de personnel qualifié au sein des ministères sectoriels et, ensuite, d’équiper les structures concernées en matériel adéquat pour les rendre plus performants.  

Entre le projet et le l’INS, les tâches doivent être partagées. « Il va falloir aussi harmoniser la production des données statistiques avec un programme de l’INS. L’institut doit mettre en place un programme national cohérent des enquêtes puis un plan national de formation », a-t- il martelé.

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

- Les participants à l'atelier de validation du rapport / Adiac - La photo de famille / Adiac

Notification: 

Non