Opinion

  • Éditorial

Prudence

Mardi 25 Août 2020 - 18:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Que la violence dans la rue s’impose dans les nations riches de l’hémisphère nord comme on l’a vu dimanche soir sur les Champs Elysées, à Paris, à l’issue du match de foot perdu par le PSG face au Bayern de Munich ou à New York, qui redevient l’une des grandes cités les plus dangereuses du monde, n’a rien qui puisse vraiment surprendre étant donné l’ambiance très particulière créée ces derniers mois dans les quartiers populaires par la pandémie du coronavirus, le confinement et la crise économique qui en résultent. Mais cette dérive, dont tout indique malheureusement qu’elle se poursuivra dans les mois et peut-être même les années à venir, doit nous inciter nous-mêmes à la prudence.

 

S’il est vrai, en effet, que jusqu’à présent les pays comme le nôtre pourtant frappés eux aussi par la crise sanitaire et économique n’ont pas vu leurs populations descendre dans la rue et leurs jeunes se lancer dans des pillages ou des agressions  contre les forces de l’ordre, il l’est tout autant que ce genre de menace existe aussi chez eux de façon latente, qu’il faut donc s’en protéger tant qu’il en est temps. Et pour cela prendre toutes les mesures qui convaincront la société civile que le Congo, notre Congo, sortira une nouvelle fois vainqueur de la crise qui l’affecte aujourd’hui comme elle affecte la communauté mondiale dans son ensemble.

 

Deux actions, qui sont d’ailleurs inscrites en bonne place dans l’agenda de l’Etat et du gouvernement, peuvent permettre de conforter la sécurité intérieure dont dépend le rebond attendu par chacun de nous : la première est de faire en sorte que la rentrée des classes, de l’enseignement primaire à l’université, se déroule dans les meilleures conditions sur toute l’étendue du territoire national, ce qui aura pour effet de dissuader les jeunes de descendre dans la rue afin de faire entendre leurs doléances; la seconde est de mettre en place tous les dispositifs financiers, fiscaux et autres qui permettront de protéger l’emploi et de réduire le chômage, donc de maintenir le niveau de vie de chacun à un niveau acceptable.

 

Plus que jamais la puissance publique doit éviter que ce qui se passe ailleurs se produise chez nous et doit par conséquent faire en sorte que les engagements pris au plus haut niveau de l’Etat lors de la commémoration des soixante ans de notre indépendance prennent rapidement une tournure concrète.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/10/2020 | Mémoire
▶ 19/10/2020 | 20 jours de plus
▶ 16/10/2020 | Slogan
▶ 15/10/2020 | Maturité
▶ 14/10/2020 | Soutien
▶ 14/10/2020 | Reprise
▶ 12/10/2020 | Echanges
▶ 10/10/2020 | Autant se parler
▶ 9/10/2020 | Courage !
▶ 8/10/2020 | Tiers-monde