Rapport Brazza-Congo 1905 : un exemplaire de l'ouvrage remis au chef de l'Etat

Mardi 18 Décembre 2018 - 17:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch, Vincent Bailly et Tristan Thill ont offert un exemplaire de leur livre au président de la République, Denis Sassou N'Guesso, qui les a reçus en audience la semaine dernière à Brazzaville.

 

Accompagnés de l'ambassadeur de France au Congo, Bertand Cochery, et de la directrice générale du mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza, Bélinda Ayessa, les auteurs du " Rapport Brazza-Congo 1905" ont été reçus par le chef de l'Etat, en marge de l’exposition et la conférence-débat sur cet ouvrage, organisées à ce mémorial, en partenariat avec l’Institut français du Congo.

Le "Rapport Brazza-Congo1905" a été longtemps gardé secret. Catherine Coquery-Vidrovitch a expliqué au président de la République comment, jeune chercheuse en histoire, elle était arrivée à mettre la main dessus en 1996 puis en faire sa thèse de doctorat, après avoir pris soin de l'authentifier. C'est en 2014 qu'il a été publié. 

Pour sa part, l'ambassadeur Bertrand Cochery, restituant devant le président de la République le contexte de la venue à Brazzaville des auteurs du "Rapport Brazza", a relevé  l’importance que revêt ce documment laissé dans l’oubli durant de nombreuses décennies. Cette publication, a-t-il expliqué, met en lumière les abus commis à l’égard des Congolais par des compagnies concessionnaires, indiquant que c’est pour cette raison que Pierre Savorgnan de Brazza avait été rappelé, en 1905, par le gouvernement français, en vue d'effectuer une mission d’inspection dans les territoires sous protectorat français d’Afrique dite équatoriale. Durant cette mission d’inspection au Congo, Brazza fut meurtri par tout ce qu’il avait vu. Le rapport de mission décrit dans le détail l’ensemble de ces atrocités. Malheureusement, il n’eut pas l’occasion de le remettre personnellement aux autorités françaises car il mourra à Dakar en 1905.

Remerciant ces auteurs après avoir reçu d'eux un exemplaire de ce rapport, le président de la République leur a exprimé sa sa reconnaissance, soulignant qu'ils viennent de compléter ainsi une part de l’histoire qui manquait pour réhabiliter la mémoire de Pierre Savorgnan de Brazza. Le chef de l’État a rappelé la genèse du mémorial, notamment la pose de la première pierre par les présidents Omar Bongo Ondimba, Jacques Chirac et lui-même, le 5 février 2005. Des années après, cet endroit est devenu un lieu mythique où les activités multiples et variées qui y sont organisées ouvrent sur des horizons à explorer et à raviver. Le chef de l'Etat, Denis Sassou N'Guesso, espère ainsi que le deuxième module de ce mémorial, actuellement en construction, offrira un cadre d’imagination créatrice pour la vie culturelle.

Notons qu'auparavant, la directrice générale du mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza, Bélinda Ayessa, a saisi cette occasion pour remercié le président de la République d'avoir reçu cette délégation, soulignant également l’acte important posé par le chef de l’État en érigeant ce lieu de mémoire, devenu aujourd’hui l'endroit où de nombreux Congolais et étrangers prennent plaisir à se retrouver soit pour se ressourcer soit pour se récréer.

 

 

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, avec les auteurs du "Rapport Brazza", Bertrand Cochery et Bélinda Ayessa

Notification: 

Non