Opinion

  • Éditorial

Re 1929 ?

Mardi 24 Mars 2020 - 18:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La crise économique et financière qui résultera à coup sûr de la pandémie du coronavirus sera-t-elle aussi grave, aussi dévastatrice, aussi dramatique que celle de 1929 ? Cette question ce ne sont plus maintenant les observateurs et les journalistes comme nous qui la posent publiquement, mais les experts de tous bords et même, sans le dire encore ouvertement, les plus hautes autorités des Etats dont l’économie menace de s’effondrer. En commençant par les gouvernants des pays riches de l’hémisphère nord qui se croyaient jusqu’à présent à l’abri d’un nouveau choc financier de dimension planétaire, mais qui découvrent soudain qu’ils risquent gros, très gros, si le virus Covid-19 n’est pas effacé très vite.

Provoquée par le krach boursier – autrement dit l’effondrement brutal des cours –  qui frappa Wall Street entre  le  24 et le 29 octobre 1929 la crise financière, économique, sociale, politique, diplomatique s’étendit à la surface du globe à la vitesse de l’éclair. Ce qui eut pour résultat de dresser les Etats les uns contre les autres, en Europe notamment, de susciter une vague de chômage et de misère sans précédent, de permettre aussi l’accession au pouvoir dans de grandes capitales comme Berlin et Rome d’hommes et de partis extrémistes. Ce qui, dix ans plus tard, devait déboucher sur la Seconde Guerre mondiale.

Rien ne dit aujourd’hui qu’un tel scénario pourrait se reproduire, mais ce qui est certain en revanche c’est bien qu’une crise économique et financière de grande ampleur se dessine. Une crise dont la communauté mondiale dans son ensemble doit prendre dès maintenant la juste mesure si elle veut éviter que le pire se reproduise : le pire c’est-à-dire un repli sur soi puis un affrontement entre les grandes puissances qui achèverait de détruire l’économie de marché, de libre-échange sur laquelle s’est construite la communauté mondiale tout au long des soixante-dix dernières années.

Jamais, c’est évident, le dialogue entre les nations, qu’elles soient riches ou pauvres, n’a été aussi important, aussi vital. Et jamais, de ce point de vue, la parole des pays émergents – où vivent aujourd’hui, ne l’oublions pas les deux tiers de l’espèce humaine – n’a été aussi nécessaire, aussi vitale pour l’ensemble du globe. Mieux vaudrait en prendre conscience avant que le pire ne se produise sur la scène mondiale.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 28/5/2020 | Bataille
▶ 28/5/2020 | Télétravail
▶ 27/5/2020 | Voix du Congo
▶ 26/5/2020 | Confiance
▶ 25/5/2020 | Coordination
▶ 23/5/2020 | Sommée de dire
▶ 21/5/2020 | Se réinventer
▶ 21/5/2020 | Suivi
▶ 20/5/2020 | Enfin …
▶ 18/5/2020 | Municipalité