Recherche : les scientifiques appelés à sortir de leur ego pour la mise en place du Crépit

Jeudi 14 Mars 2019 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'invite a été lancée par le ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, le 12 mars, à Oyo, à l’occasion de la réunion de haut niveau de la vision et des orientations des membres du gouvernement sur le mode d’organisation et de fonctionnement de l’hôpital Edith-Lucie-Bongo-Ondimba.

« Je pense que nous comprenons tous que la jeunesse est le maître mot. Je vous en prie, sortez de votre ego, messieurs les professeurs. Je le dis en toute responsabilité, sinon nous allons cloner le Centre de recherche et d’études des pathologies infectieuses et tropicales (le Crépit) », a-t-on appris d’un communiqué de presse du ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation technologique.

Selon le ministre de tutelle, sa présence marque la volonté, la reconnaissance du Crépit dans l’environnement scientifique et de la recherche du pays. « Notre présence consiste à démontrer que ce n’est pas une institution de trop, mais une structure utile parce qu’elle doit s’occuper des pathologies infectieuses tropicales », a-t- il déclaré.

Le ministre Coussoud-Mavoungou a, par ailleurs, annoncé qu’il y aura une forte collaboration entre l’Institut national de recherche en sciences de la santé (Irssa), une structure sous sa tutelle et le Crépit. En effet, l’appui de l’Irssa s’est matérialisé avec la signature d’une convention de partenariat en janvier dernier, mais aussi avec la présence de cette institution dans les locaux de l’hôpital Edith-Lucie-Bongo-Ondimba.

Il a également rappelé que la configuration du Crépit fait de cette structure une plate-forme collaborative et mutualisée. « Je notifie cela parce que l’environnement scientifique, particulièrement la recherche, est un environnement fermé. Il est trop fermé parce que la collaboration y fait parfois défaut. J’exhorte donc ceux qui vont accompagner le Crépit, qui est un pôle fédérateur, à prendre cet aspect en ligne de compte », a-t-il insisté.

Encourageant la création du Crépit qui vient de pallier un besoin dans le secteur, le ministre a attiré l’attention des chercheurs de l’Irssa sur le fait que ce centre n’était pas un concurrent, mais un appui pour confirmer et créer une structure d’éveil sanitaire en pathologie infectieuse et tropicale dans l’intérêt de la population.

Notons que le Crépit a pour missions, entre autres, la création d’une communauté susceptible de permettre d’analyser les questions de pathologies infectieuses et tropicales dans la sous-région.

Parfait Wilfried Douniama

Notification: 

Non