Opinion

  • Éditorial

Relance

Dimanche 18 Novembre 2018 - 18:37

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


L'on ne saurait dire que tous les feux se sont remis au vert pour le Congo et que, par conséquent, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais, même si l'accord de longue durée en cours de négociation avec le Fonds monétaire international n'est pas encore conclu, le climat économique s'améliore pour lui de façon manifeste. Nous en avons la preuve tous les jours avec la reprise des grands projets tels que la construction du pont route-rail qui reliera demain Brazzaville à Kinshasa et qui avait été suspendue faute de financement.

Dans ce contexte favorable, même si rien n'est encore définitivement joué sur le plan financier, une priorité nous semble devoir s'imposer dans le programme que les plus hautes autorités de la République assignent au gouvernement et aux ministres qui le composent.  Cette priorité est celle de la relance des activités économiques par les acteurs, petits et grands, qui sont et seront demain plus encore qu'aujourd'hui les véritables moteurs de l'économie nationale.

Le temps est, en effet, révolu où l'Etat détenait les manettes de l'économie nationale et pouvait de ce fait conduire la machine par l'intermédiaire des entreprises et des services publics. Forcée de se serrer comme on dit la ceinture afin de redresser les finances publiques en mettant de l'ordre dans sa propre gouvernance, la puissance publique doit désormais tout mettre en œuvre pour que la société civile prenne le relais. Ceci dans tous les secteurs dont dépend le redressement de notre économie: production, commerce, finances, agriculture, industrie, art et culture, tourisme ...

Alléger les contraintes administratives, réduire le poids des impôts et des taxes, soutenir les banques afin qu'elles accompagnent le processus de relance, centrer les aides publiques sur les activités qui créeront de l'emploi sont autant de signaux forts qui doivent être envoyés à la nation congolaise mais aussi à la communauté internationale et qui, très probablement, auraient rapidement des effets positifs sur le plan de la relance.

Même si rien n'est encore joué sur le plan financier, tout indique aujourd'hui qu'une telle politique accélèrerait fortement le mouvement qui se dessine et dont le meilleur sortira à brève échéance.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 18/12/2018 | Confiance
▶ 15/12/2018 | Retour
▶ 13/12/2018 | Réconciliation
▶ 13/12/2018 | Cadeaux
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste